Bayonne: Le maire de la ville accuse Flixbus de délit de faciès dans ses bus

RACISME Le maire de Bayonne Jean René Etchegaray estime que les chauffeurs demandent leurs papiers d’identité à des voyageurs, parce qu’ils sont noirs…  

E.P.
— 
La société Flixbus assure début 2016 une trentaine de lignes en France
La société Flixbus assure début 2016 une trentaine de lignes en France — MEIGNEUX/SIPA

A l’occasion de la présentation à la presse de la semaine de la diversité et de l’égalité des droits, le maire UDI de Bayonne, Jean-René Etchegaray, a poussé un coup de gueule, ce lundi, relate Sud-Ouest.

Il dénonce les comportements de chauffeurs de  la compagnie Flixbus, dont il aurait été témoin lui-même, consistant à ne demander des pièces d’identité qu’aux voyageurs noirs. Cet ancien avocat rappelle que seule la police peut procéder aux contrôles d’identité sur des trajets nationaux.

Soutien des associations au maire

Il n’hésite pas à parler de discrimination raciale vis-à-vis des migrants qui transitent par la ville de Bayonne et cherchent à prendre le bus. Il est soutenu par plusieurs associations, dont la Cimade et la Ligue des droits de l’Homme, qui recueillent des témoignages et des attestations écrites, dans la perspective que l’affaire soit portée devant la justice.

La compagnie, contactée par le quotidien régional, assure ne pas être au courant de telles pratiques, jugées inacceptables. Elle souligne que les chauffeurs se sentent pris entre deux feux : d’un côté on leur demande de ne pas contrôler les pièces d’identité sur le territoire mais de l’autre il y a une crainte d’être complice d’une entrée illégale en France.

Attentats et crise migratoire font reculer les droits de l'Homme en EuropeContrôles au faciès: les Français sceptiques sur l'action du gouvernement