Enseignement supérieur: Les frais de scolarité des étudiants non-européens vont augmenter

EDUCATION A partir de la rentrée 2019, les étudiants résidant hors de l'Espace économique européen  devront s'acquitter de 2.770 euros en licence et 3.770 euros en master et doctorat... 

20 Minutes avec AFP

— 

Des étudiants dans un amphithéâtre, photo d'illustration.
Des étudiants dans un amphithéâtre, photo d'illustration. — Patrice Magnien / 20 Minutes

Alors que la France est le quatrième pays privilégié par les étudiants internationaux qui choisissent une université étrangère, et le premier pays non anglophone, selon un classement de Campus France, le gouvernement a décidé d’augmenter les frais de scolarité des étudiants extra-européens. Une mesure qui permettrait de financer davantage de bourses et d’améliorer les conditions d’accueil, a annoncé  le Premier ministre Edouard Philippe, ce lundi.

La France ambitionne de porter d’ici 2027 à 500.000 le nombre d’étudiants étrangers qu’elle accueille chaque année, contre un peu plus de 300.000 actuellement, a précisé Edouard Philippe en présentant cette stratégie d'« attractivité ». Malgré une remontée depuis 2016, le nombre d’étudiants étrangers a baissé de 8 % entre 2010 et 2015 et le gouvernement identifie un « risque de décrochage » français, sur fond d’envolée du nombre d’étudiants internationaux. « Nous pouvons faire beaucoup mieux », a affirmé Edouard Philippe en présentant la stratégie baptisée « Bienvenue en France ».

Des visas simplifiés, des campus français à l’étranger et hausse des prix

La politique des visas va être « améliorée » : les dossiers d’étudiants seront prioritaires et les formalités simplifiées et accessibles en ligne. Le nombre d’étudiants ayant accès à des cours en anglais, ainsi qu’aux cours de français langue étrangère (FLE), sera doublé. Chaque étudiant étranger se verra désigner un référent pour l’accompagner. Un fonds doté de dix millions d’euros en 2019 est prévu, de même qu’un label d’accueil des étudiants étrangers pour les établissements du supérieur. Un autre fonds de cinq puis 20 millions d’euros est prévu pour le développement de campus français à l’étranger.

Mais la principale mesure, qui suscite des inquiétudes parmi les syndicats étudiants, est une hausse des frais de scolarité des étudiants extra-européens à l’université, afin de financer davantage de bourses ou d’exemptions de frais par ailleurs. Actuellement, ces étudiants (une centaine de milliers) paient les mêmes frais que les étudiants français. A partir de la rentrée 2019, ils devront s’acquitter de 2.770 euros en licence et 3.770 euros en master et doctorat, selon le gouvernement, soit « un tiers du coût réel » d’un étudiant étranger pour les finances publiques.

« Nous resterons très en dessous des 8.000 à 13.000 euros de nos voisins »

Par ailleurs, 14.000 bourses d’exemption de frais seront créées, visant principalement les étudiants de pays en développement. Au final, avec d’autres accords d’exemptions, « un étudiant international sur quatre pourra bénéficier d’une exonération ou d’une bourse », selon le gouvernement. Edouard Philippe a défendu un « choix fort », « qui nous permettra de mieux accueillir les étudiants qui choisissent la France », mais « un choix mesuré ».

« Nous resterons très en dessous des 8.000 à 13.000 euros de nos voisins néerlandais et des dizaines de milliers de livres en Grande-Bretagne, et de la plupart des pays européens, sans évoquer bien sûr la situation sur le continent nord-américain », a-t-il dit. Paradoxalement, le faible coût des frais de scolarité en France découragerait aussi certains candidats, qui s’inquiétaient de la qualité des enseignements, a-t-on également souligné à Matignon. Seuls les étudiants résidant hors de l’Espace économique européen sont concernés : les étudiants venant de l’EEE continueront eux à payer les mêmes frais qu’un étudiant français.