Handicap: Le député LaREM Adrien Taquet enfariné à Toulouse par des militants opposés à la loi Elan

HANDICAP Venu à Toulouse présenter son rapport sur l'accessibilité des personnes handicapées, le député Adrien Taquet (LaREM) a été enfariné. La militante de la cause des handicapés à l’origine de l’opération se défend de toute violence…

H.M. avec AFP

— 

Adrien Taquet,député LaRem des Hauts-de-Seine.
Adrien Taquet,député LaRem des Hauts-de-Seine. — IBO - Sipa

Elle a déjà stoppé un convoi de tronçons d’A380 et immobilisé un TVG en gare Matabiau. Alors ce n’était pas un député de la majorité qui allait faire peur à Odile Maurin, la présidente de l’association  Handi-Social et fervente militante pour les droits des personnes handicapées.

Jet de ketchup et enfarinage

Vendredi, alors que le député des Hauts-de-Seine Adrien Taquet (LaREM) était à Toulouse pour présenter son rapport sur l’accessibilité, Odile Maurin et ses compères lui ont réservé un accueil personnalisé : un « enfarinage » public, précédé d’un jet de ketchup.

La scène, postée par Odile Maurin en personne, a fait le tour des réseaux sociaux et provoqué une campagne de désapprobation dans les rangs de La République en marche. La Toulousaine est ciblée sur Twitter pour ce que ses détracteurs qualifient d’agression. La première à réagir a été Sophie Cluzel, la secrétaire d’Etat en charge des personnes handicapées. « L’agression qu’il a subie par des militants extrémistes est honteuse », a-t-elle estimé. Mireille Robert (LaREM), députée de l’Aude, l’a suivie sur ce terrain tout comme Gilles Le Gendre, le président du groupe à l’Assemblée ou sa vice-présidente Carole Bureau-Bonnard.

« Il n’y a pas eu de violence. C’était une simple dénonciation »

Du coup, Odile Maurin réplique par un montage vidéo ce dimanche. « A moins de considérer qu’un jet de farine soit violent, il n’y a pas eu de violence. C’était une simple dénonciation », a-t-elle confié à l’AFP, dénonçant une campagne de désinformation de la majorité présidentielle. « On voulait dénoncer le mensonge du gouvernement et de la majorité présidentielle qui prétendent faire avancer nos droits alors que c’est le contraire avec la loi Elan », tempête Odile Maurin qui a répondu sur Twitter à ses détracteurs, « belle l’arnaque ! poudre aux yeux ».

La Toulousaine est particulièrement remontée contre la Loi Elan (Evolution du logement, de l’aménagement et du numérique), qui prévoit le passage de 100 % à 20 % de logements accessibles dans la construction neuve. Vent debout contre ce qu’elle considère comme « un recul », la militante multiplie les actions de protestation.