Blocage des «gilets jaunes»: Des CRS font usage de gaz lacrymogènes en Haute-Savoie

MANIFESTATION Les autorités négociaient en fin de matinée avec les organisateurs...

20 Minutes avec AFP

— 

Des policiers font face à des manifestants le 17 novembre
Des policiers font face à des manifestants le 17 novembre — FRANCOIS LO PRESTI / AFP

Les forces de l’ordre ont fait usage ce samedi de gaz lacrymogènes pour disperser des « gilets jaunes » qui bloquaient l’accès au viaduc des Egratz à Passy, en Haute-Savoie, a indiqué la préfecture, confirmant une information de médias locaux.

« Entre 80 et 100 véhicules s’étaient rassemblés à partir de 8H00 et ont commencé à bloquer un peu avant 8h30 », a précisé la même source, indiquant que les manifestants laissaient dans un premier temps passer quelques véhicules.

« C’est pacifique même s’il y a un blocage des camions »

La situation a évolué vers « un vrai blocage » et les CRS ont fait « un usage de lacrymogènes » face à « quelques personnes assez vindicatives », a précisé la préfecture, ajoutant que cela s’était produit en plein air sans faire de blessés.

« C’est scandaleux qu’on prenne des gaz. C’est pacifique même s’il y a un blocage des camions », déclare à l’AFP Simon Metral, un des manifestants. Lui, militant écologiste de longue date dans cette vallée si polluée reconnaît « l’ambiguïté » de sa démarche aujourd’hui.

Mais « depuis 15 ans qu’on se bat pour le transfert des poids lourds sur le rail, on a pas obtenu satisfaction », argue-t-il laissant poindre sa lassitude.

Les autorités négociaient en fin de matinée avec les organisateurs. « Les gilets jaunes ont été contraints de laisser passer quelques véhicules mais le blocage n’est pas encore levé », selon le quotidien régional Le Dauphiné Libéré.

Selon la société ATMB (Autoroute et tunnel du Mont-Blanc), le blocage des camions était toujours en cours en début d’après-midi.