«Dick pic», lapins, et harcèlement… Un sondage dévoile le côté obscur des sites de rencontres

DATING Près de deux femmes sur trois ont déjà bloqué quelqu’un qui les avait importunées sur les applis et sites de rencontres, selon un sondage publié cette semaine…

N.R.

— 

Cet homme s'apprête à poser un lapin.
Cet homme s'apprête à poser un lapin. — GENEVIEVE ROSS/AP/SIPA
  • Les applis et les sites de rencontres réservent parfois de mauvaises surprises.
  • Un sondage montre que la part du harcèlement y est très élevée.
  • Les envois de photos d’organes sexuels sont loin d’être une rareté.

Les applis et les sites de rencontre permettent parfois de trouver l’amour de sa vie. Mais très souvent la réalité est moins rose et leurs utilisateurs et utilisatrices subissent harcèlement et propositions salaces. C’est ce côté obscur du dating qu’explore un sondage publié cette semaine.

Un harcèlement largement répandu

Selon cette étude, réalisée par l’Ifop pour UfancyMe*, la grande majorité des femmes (69 %) inscrites sur un site de rencontre déclarent avoir été victimes « d’au moins une forme de harcèlement ». Parmi elles, la moitié a déjà dû faire face à « des avances répétées et insultantes » alors même qu’elles avaient clairement précisé qu’elles n’étaient pas intéressées.

De même, elles sont nombreuses à avoir reçu contre leur gré des propos à connotation sexuelle (49 %), voire des photos d’organes sexuels (« dick pic »). Les jeunes filles âgées de 18 à 24 ans sont les plus nombreuses (63 %) à déclarer avoir été destinataires de telles images.

Des rendez-vous pas toujours galants

Certains échanges entre membres d’un site de rencontres sont très loin de la romance. Près de 24 % des femmes et 26 % des hommes inscrits sur ces plateformes ont déjà eu affaire à quelqu’un qui leur proposait un rapport sexuel en échange de quelque chose (argent, biens, services, etc.).

D’autres confessent des mauvaises pratiques : 32 % des utilisateurs avouent avoir déjà décalé un rendez-vous avec une personne « dans l’espoir de rencontrer quelqu’un de mieux d’ici là ». Un quart d’entre eux, surtout des hommes, pratiquent la technique du « fishing » : ils multiplient les messages copiés-collés et n’échangent qu’avec ceux qui répondent en premier. Enfin, lorsque le jour du rendez-vous arrive, 42 % des hommes reconnaissent s’être déjà fait poser un lapin, deux fois plus que les femmes.

« Fuck boys », « fuck girls », et infidélité

Tout le monde ne cherche visiblement pas la même chose. Pour 43 % des femmes, la plupart des hommes qu’elles ont rencontrés étaient des « fuck boys », souhaitant coucher sans avoir la moindre intention d’une relation sérieuse. A l’inverse, seulement 25 % des hommes témoignent d’une expérience similaire.

Cette différence selon le sexe se retrouve aussi lorsque le sondage évoque l’infidélité. Ainsi, 23 % des hommes en couple reconnaissent avoir gardé un œil sur leur application pour éventuellement avoir une relation sexuelle avec une autre personne. Les femmes ne sont que 8 % à évoquer une telle pratique.

* Enquête réalisée en ligne du 17 au 19 octobre 2018 auprès d’un échantillon de 1.031 personnes âgées de 18 ans et plus s’étant déjà inscrites sur un site de rencontre.