VIDEO. Manifestation des «gilets jaunes»: Bloquer un pays n'est «pas acceptable», prévient Edouard Philippe

COLERE Le Premier ministre réaffirme toutefois la liberté de manifester samedi pour tos ceux qui le souhaitent...

20 Minutes avec AFP

— 

Edouard Philippe, le 13 novembre 2018 à l'Assemblée nationale.
Edouard Philippe, le 13 novembre 2018 à l'Assemblée nationale. — Jacques Witt/SIPA

A la veille du mouvement des « gilets jaunes », le gouvernement fait de la prévention. S’il assure que la liberté de manifester sera garantie, Edouard Philippe maintient ce vendredi que les blocages ne sont « évidemment pas acceptables ». La colère des manifestants, qui doivent se rassembler partout en France samedi, s’est cristallisée sur la hausse du prix des carburants.

« On peut manifester, mais bloquer un pays alors que des services d’urgence peuvent avoir besoin de circuler, alors que tout un chacun peut avoir besoin de circuler demain, n’est évidemment pas acceptable », a-t-il plaidé. Le Premier ministre a fixé une limite aux protestations : celle de la mise « en danger de la sécurité » de ceux qui manifestent « ou de ceux qui ne souhaitent pas manifester et veulent circuler librement ».

Circulation « garantie »

« Nous serons donc très attentifs, très concentrés, très vigilants pour faire en sorte que la liberté de manifester soit respectée, mais que la liberté de circulation soit garantie », a réaffirmé le Premier ministre lors d’un déplacement dans l’Essonne consacré aux mesures d’accompagnement prises par le gouvernement.

Avec le ministre de la Transition écologique François de Rugy, le chef du gouvernement était vendredi matin à l’autodrome de Linas-Montlhéry (Essonne), un site où est vérifiée la conformité des véhicules avec les normes européennes, notamment en matière de pollution.