Immeubles effondrés à Marseille: «Nous ne lâcherons rien», prévient le collectif «Noailles en colère»

MOBILISATION Après le succès de la « manifestation de la colère » mercredi soir, le collectif « Noailles en colère » entend bien poursuivre sa mobilisation pour « la justice et la dignité »…

Adrien Max

— 

La manifestation sur le Vieux-Port à Marseille
La manifestation sur le Vieux-Port à Marseille — Adrien Max / 20 Minutes
  • Après la réussite de la « manifestation de la colère », malgré des heurts avec la police, le collectif « Noailles en colère » a annoncé la poursuite de sa mobilisation.
  • Il réclame des mesures d’urgence pour les familles des victimes et pour les nombreuses personnes évacuées de leur logement, partout à Marseille.
  • Plus généralement, le collectif va se battre contre le logement insalubre, et compte organiser une « grande marche de la dignité » très prochainement.

Ils ne se laisseront pas diviser. Contrairement à mercredi soir, alors que « la manifestation de la colère », ayant réuni 8.000 personnes selon la police, arrivait devant la mairie de Marseille, les manifestants étaient obligés de se scinder en deux sous les gaz lacrymogènes. « Le collectif n’entend pas s’arrêter, et nous refusons de nous faire intimider », a déclaré Kaouther Ben Mohamed, une de ses membres.

Le collectif « Noailles en colère » compte même capitaliser sur la réussite de démonstration de force pour poursuivre leur combat et obtenir « justice et dignité ». « Chaque collectif peut nous rejoindre afin d’élargir la mobilisation. Les signalements d’habitats indignes se multiplient. Pas seulement dans le centre-ville, également dans les quartiers Nord et les quartiers Sud », affirme Fathi Bouaroua, un autre membre du collectif.

« Nous ne lâcherons rien »

« Noailles en colère » réclame « des mesures d’urgence pour les victimes et les sinistrés alors que la mairie refuse de parler des 48 % d’immeubles insalubres dans le quartier de Noailles ».

Parmi leurs revendications figurent « un engagement par écrit de la prise en charge des obsèques des victimes par la mairie », « une diffusion de la liste des immeubles concernés par les analyses des experts, ainsi que leur planification », et « un relogement immédiat pour tous les habitants évacués ».

Ils ont prévenu : « Aujourd’hui, ils sont obligés d’écouter les habitants, ils ne peuvent plus les ignorer. En hommage aux victimes, nous ne lâcherons rien, pour que justice et dignité soient rendues ».

« Faire quelque chose immédiatement »

Las des justifications de la mairie sur les délais des procédures, le collectif réclame des mesures immédiates. « On voit qu’avec tous les arrêtés de péril pris ces derniers jours, il est possible de faire quelque chose immédiatement. Sans attendre l’audit réclamé par l’Etat qui pourrait être un enfumage », a réclamé Kevin Vacher, également membre du collectif.

Pour eux, les responsabilités sont partagées : « On va faire en sorte de s’organiser pour que les habitants dénoncent leur bailleur, alors que la municipalité n’a rien fait. Mais l’Etat aussi est capable de légiférer. Il faut absolument qu’il soit moins indulgent sur le manque de logements sociaux. »

Une « grande marche de la dignité »

Le collectif se réunira dès samedi dans des groupes de travail. « Nous devons encore nous organiser, l’afflux de gens qui nous rejoignent, l’afflux de dons, font que nous sommes dans une situation exceptionnelle. Et à mobilisation exceptionnelle, nous devons apporter une réponse exceptionnelle », prévient Kevin Vacher.

Cette réponse exceptionnelle devrait prendre la forme d’une « grande marche de la dignité » très prochainement. « Elle pourrait réunir de nombreux collectifs et associations comme la fondation Abbé Pierre, mais aussi les habitants concernés par les évacuations », précise le collectif « Noailles en colère ». La date de sa tenue devrait être annoncée en début de semaine prochaine.