VIDEO. Blocage du 17 novembre: A quoi s'attendre à Nantes et dans la région?

MANIFESTATION De nombreux appels à manifester ont été lancés pour samedi à Nantes et dans la région...

Julie Urbach

— 

Le 17 novembre, les gilets jaunes défendront leur pouvoir d'achat
Le 17 novembre, les gilets jaunes défendront leur pouvoir d'achat — ALLILI MOURAD/SIPA

«A Nantes aussi, exprimons notre ras le bol face aux réformes du gouvernement.» Les messages de ce type fleurissent depuis quelques jours sur les réseaux sociaux et pages dédiées à la mobilisation du 17 novembre pour notamment protester contre la hausse du prix du carburant. Dans la région nantaise comme ailleurs en France, des dizaines d'initiatives des «gilets jaunes» sont annoncées. Mais difficile de savoir lesquelles seront effectivement menées à bien et de connaître l'ampleur de la mobilisation.

Le rendez-vous qui semble le plus relayé est fixé à 13h sur le parking de la Beaujoire. «Un point de rassemblement qui permettra de se rendre ensuite aux différents points de blocage», écrit un internaute sur Facebook. Une opération escargot doit commencer à la même heure sur le périphérique nantais, et se dérouler jusqu'à 20h: c'est pour l'instant la seule manifestation qui a été déclarée en préfecture.

Aéroport, pont de Cheviré, péages...

Mais les perturbations pourraient démarrer plus tôt. Sur les différents appels à manifester, de nombreux lieux sont ciblés avec des actions qui pourraient débuter à 6h «pour les plus motivés». Plusieurs portes du périphériques mais aussi zones commerciales (Atlantis, Leclerc Océane...) sont ciblées. Les péages d'Ancenis et du Bignon pourraient également être visés par les «gilets jaunes». Parmi les autres points de blocage potentiels, l'aéroport Nantes-Atlantique, la route de Pornic, mais aussi le pont de Cheviré. Un groupe propose notamment de «faire un barbecue dessus, dans la bonne ambiance». 

Alors que la ligue de football des Pays de la Loire a préféré reporter les rencontres prévues ce week-end, les actions devraient aussi être nombreuses dans le département. Près de Saint-Nazaire par exemple, des manifestants envisagent de bloquer la clientèle de plusieurs centres commerciaux. Des stations-services de toute la Loire-Atlantique sont aussi citées comme points de rassemblement.

Interventions en cas de «perturbations excessives»

La préfecture de Loire-Atlantique appelle «chacun des participants aux mouvements organisés le 17 novembre à faire preuve de civisme, de responsabilité et de prudence dans les actions entreprises, pour éviter tout incident» et rappelle que «les organisateurs d’une manifestation non déclarée encourent des sanctions pénales allant jusqu’à 6 mois de prison et 7.500 euros d’amende».

Les forces de l’ordre, dont on ne connaît pas le nombre, seront mobilisées afin «que les points d’importance vitale (hôpitaux, maternités, centres de secours...) soient totalement accessibles à l’ensemble de la population». Au cas par cas, elles interviendront «si des situations de blocage venaient à entraîner des perturbations excessives», indique la préfecture.