VIDEO. Blocage du 17 novembre: A Tarbes, des «gilets jaunes» jettent l'éponge pour éviter les poursuites (et les critiques)

MOBILISATION Déclarer ou pas la manifestation en préfecture ? C’est le dilemme des « gilets jaunes » qui craignent des poursuites. A Tarbes, les organisatrices ont abandonné. Officiellement du moins…

H.M. avec AFP

— 

Une voiture d'un «gilet jaune». (Illustration)
Une voiture d'un «gilet jaune». (Illustration) — G. Michel - Sipa

« Nous ne voulons prendre aucun risque. A partir de demain, nous ne sommes plus responsables de rien. Donc, le 17, chacun fait ce qui lui plaît. » C’est en ces termes que les trois organisatrices officielles des blocages du 17 novembres à Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées, expliquent sur Facebook le retrait de la déclaration de manifestation qu’elles avaient déposée auprès de la préfecture.

Elles ont pris leur décision après une réunion avec la police et les services de renseignements. Une entrevue où elles ont compris qu’elles risquaient de lourdes peines en cas de débordements.

Aucune déclaration à Toulouse

Au-delà de l’avertissement, apparemment efficace, lancé par les autorités, les Tarbaises assurent aussi avoir subi des pressions venant de leurs propres rangs. Elles ont été insultées par les internautes après un post conseillant de ne pas bloquer les stations essence et les centres commerciaux. « Je n’allais pas risquer de prendre une amende ou une peine de prison pour des gens qui critiquent », confie Sarah, l’un des trois meneuses, sur Facebook.

L’absence de déclaration en préfecture ne paraît toutefois pas être un baromètre de la mobilisation. Pour preuve, à Toulouse, une dizaine de points de rassemblement circulent sur les réseaux sociaux alors que la préfecture n’a enregistré absolument aucune déclaration. Elle a pourtant prévenu de l’obligation de déclarer. « Mais pourquoi prendrait-on le risque alors qu’il s’agit d’une mobilisation citoyenne et que nous ne sommes pas un corps constitué ?, relève un Toulousain à la pointe du mouvement. A moins que la préfecture soit prête à recevoir 20.000 personnes au guichet, je ne vois pas… » Il a été dissuadé de déclarer, en aucun cas de bloquer.