VIDEO. Immeubles effondrés à Marseille: «Gaudin assassin, Gaudin démission», 10.000 personnes ont manifesté leur colère

EFFONDREMENT Plusieurs milliers de Marseillais ont défilé jusqu’à la mairie pour crier leur colère après la mort de huit personnes dans l’effondrement de deux immeubles…

Adrien Max

— 

Les portraits des huit victimes ont accompagné le cortège jusqu'à la mairie.
Les portraits des huit victimes ont accompagné le cortège jusqu'à la mairie. — Adrien Max / 20 Minutes
  • La manifestation de « la colère » a réuni près de 10.000 personnes ce mercredi soir à Marseille.
  • Elle fait suite à la mort de huit personnes dans l’effondrement de deux immeubles la semaine dernière dans le quartier de Noailles, à Marseille.
  • Les manifestants ont réclamé la démission du maire, Jean-Claude Gaudin, qu’ils accusent d’être responsable.
  • La manifestation s’est terminée sous les gaz des CRS, venus protéger la mairie.

Après le recueillement, la colère. Une manifestation partie ce mercredi du bas de la rue d’Aubagne à Marseille, où deux immeubles se sont effondrés la semaine dernière, entraînant avec eux la mort de huit personnes, a réuni près de 10.000 personnes.

« C’est important, pour soutenir les familles des victimes tout en dénonçant les négligences des politiques. Il y a un ras-le-bol contre la mairie, c’est clair », témoigne Frédérique, 61 ans, et Marion, 40 ans.

On ne veut pas que ça devienne une fatalité

Au cri des « Gaudin démission, Gaudin assassin », le cortège s’est élancé sur la Canebière, en direction de la mairie. Jeunes, vieux, noirs, blancs, des quartiers populaires ou des quartiers plus huppés, tout Marseille a marché derrière le portrait des huit victimes. Pour Jacqueline, 79 ans, et Pierre, 84 ans « ce sont les pauvres qui ont payé », regrettent-ils.

« Nous marchons pour la justice et la dignité, pour que ça ne se reproduise pas. On ne veut pas que ça devienne une fatalité », espèrent Pierre et Jacqueline. Le mot d’ordre largement scandé était d’ailleurs « Justice et dignité ».

La manifestation sur le Vieux-Port à Marseille
La manifestation sur le Vieux-Port à Marseille - Adrien Max / 20 Minutes

Ici, pour beaucoup, la mairie a laissé mourir ces personnes d’un quartier populaire. « La mairie doit prendre ses responsabilités, ce qu’elle ne fait absolument pas, parce qu’elle est responsable », considère Céline, 26 ans.

« Quand on sème la misère, on récolte la colère »

Les pancartes brandies « Gaudin tu te tires ou on se pointe », « Sang sur les mains, menottes au poignet », ou « Politique corrompue on en a plein le cul », étaient sans équivoque. Sans parler des slogans repris par la foule « Nous sommes les Marseillais, et nous allons te virer… », « Quand on sème la misère, on récolte la colère ».

De nombreux slogans hostile à Gaudin étaient brandis.
De nombreux slogans hostile à Gaudin étaient brandis. - Adrien Max / 20 Minutes

Une colère qui s’est faite d’autant plus vive lorsque le cortège est arrivé devant de la mairie, sous les sifflets de la foule. Les larmes se sont faites plus présentes, de tristesse d’un côté, de douleur de l’autre.

Lacrymogène et matraque

Alors que certains manifestants ont arraché les nombreuses barrières disposées pour protéger le bâtiment, les CRS n’ont pas hésité à charger les manifestants, ni à en matraquer certains, dont des journalistes. « Vous protégez des assassins, nous, on ne tuera personne », se sont désolés certains.

Au même moment, les proches des victimes ont formé un arc de cercle en silence devant la mairie. Ils ont peint en rouge « 5.11.18 », la date du drame, entourée des prénoms de chacune des victimes. « Tant que je serai vivant, ces peintures recouvriront les murs de toute la ville », s’est exprimé l’un d’eux.

Un manifestant s'assis devant les CRS.
Un manifestant s'assis devant les CRS. - Adrien Max / 20 Minutes
Les proches des victimes ont peint la date 5.11.18 et le noms des victimes devant la mairie de Marseille.
Les proches des victimes ont peint la date 5.11.18 et le noms des victimes devant la mairie de Marseille. - Adrien Max / 20 Minutes

Les CRS ont, quant à eux, continué de protéger à coups de gaz lacrymogène la mairie, qui en apparence semble tenir debout, mais qui ressemble de plus en plus à un champ de ruines à l’intérieur.