Côte d'Azur: Des logements à loyer modéré pour sauver une école de village

EN CLASSE Pour maintenir sa classe unique et attirer des familles, le maire d’Ascros propose deux logements à 200 euros... 

Mathilde Frénois

— 

L’école du village d’Ascros compte onze élèves, de la maternelle au CE1.
L’école du village d’Ascros compte onze élèves, de la maternelle au CE1. — Ville d'Ascros
  • Vincent Giobergia, maire d’Ascros, propose deux trois-pièces pour 200 euros par mois.
  • Les familles avec enfants en bas âge seront prioritaires pour la location de ces logements.
  • Si l’école ferme, l’élu craint pour le dynamisme de la vie du village et pour ses commerces.

Vincent Giobergia parle de l’école comme de sa « merveille » : « C’est agréable d’entendre les élèves dans la cour, d’organiser des spectacles, le carnaval et les voyages d’étude, sourit-il. Puis de recevoir des cartes postales. » Des rires d’enfants que le maire d’Ascros, dans les Alpes-Maritimes, verra peut-être s’envoler.

L’effectif étant trop restreint, l’unique classe de ce village du haut-pays risque de fermer à la rentrée prochaine. Pour regonfl er les rangs, Vincent Giobergia veut attirer les familles en mettant en location des appartements à loyers très modérés.

Déjà un regroupement pédagogique

« Pour sauver l’école, il nous faut 12 élèves. C’est le chiffre magique. Aujourd’hui, ils sont 11 », pointe-t-il. Les deux appartements sont situés dans l’ancienne école. Remis au goût du jour, ces deux trois-pièces seront loués 200 euros. « La priorité sera donnée aux enfants en bas âge, dit-il. L’objectif, c’est que les gens se sentent bien et qu’ils restent. »

Ce n’est pas la première fois que Vincent Giobergia fait « du tapage » pour l’école. Il y a dix ans déjà, il s’était battu pour le regroupement pédagogique. Ascros conservant une classe de la maternelle au CE1, la commune limitrophe de La Penne récupérant les élèves du CE2 au CM2. Pour que survive l’école. « Quand j’écoute mes collègues, je me rends compte que la fermeture a un impact négatif, affirme-t-il. Quand la roue tourne dans le mauvais sens, tout s’accélère. » Ayant déjà mis en place une agence postale communale, Ascros souhaite également maintenir son épicerie boulangerie, son bar, sa table d’hôte, ses potières et son salon de beauté. Grâce à ces nouvelles générations d’écoliers.