Les infos immanquables du jour: Le suicide de la policière Maggy Biskupski, le diesel et la recrudescence de la rougeole

ACTU Ce qu'il ne fallait pas manquer dans l'actualité de ce mardi 13 novembre... 

Armelle Le Goff

— 

Des policiers dans le métro. (Illustration)
Des policiers dans le métro. (Illustration) — LODI Franck/SIPA

Que vous soyez à Chatou ou à Châteauroux, c’est l’heure des immanquables.

L’article le plus lu du jour : La présidente des «Policiers en colère» s’est suicidée avec son arme de service

Son nom et son visage étaient associés au malaise des policiers. Maggy Biskupski, la présidente de l’association « Mobilisation des policiers en colère » (MPC), s’est suicidée lundi soir, selon des informations du Parisien et de BFMTV. La gardienne de la paix, âgée de 36 ans, s’est donné la mort avec son arme de service à son domicile de Carrières-sous-Poissy (Yvelines), d’après le Parisien, qui précise qu’une lettre a été retrouvée. Plus d'infos sur ce sujet par ici. 

 

L’article le plus partagé du jour : Manifestation des gilets jaunes: «Les gens ont l’impression de s’être fait avoir» sur le diesel

Le compte à rebours est lancé. Dans quatre jours, des milliers d’opérations « gilets jaunes » auront lieu en France pour protester contre la hausse du prix du carburant. Le mouvement, qui s’est propagé grâce aux réseaux sociaux, inquiète le gouvernement au point qu’une série d’annonces est prévue d’ici mercredi, notamment sur la prime à la conversion. Pour Philippe Waechter, chef économiste d’Ostrum AM, l’habitude d’acheter du diesel a aussi conduit à alimenter la colère. Une interview à lire là. 

 

L’article le plus à lire du jour : Recrudescence de la rougeole en Ile-de-France: «Un enfant malade peut en contaminer jusqu'à cinquante»

Cinquante-six cas pour le seul mois d’octobre. Si d’habitude, il est répertorié environ un cas de rougeole par semaine depuis le début de l’année en Ile-de-France, la région parisienne accuse une explosion des cas de cette maladie ces dernières semaines. La cause la plus certaine à cette recrudescence du virus : une couverture vaccinale trop faible, bien que le vaccin soit désormais obligatoire.