Mort de Maggy Biskupski: Les politiques rendent hommage à la présidente de l'association Policiers en colère

DECES La policière, symbole d'une police à bout pour certains, a été retrouvée morte à son domicile lundi...

20 Minutes avec AFP

— 

Un policier de dos en uniforme (image d'illustration).
Un policier de dos en uniforme (image d'illustration). — FRED TANNEAU / AFP

La classe politique a rendu hommage mardi à Maggy Biskupski, la présidente de l'association Policiers en colère retrouvée morte à son domicile après un probable suicide. « Symbole d’une police à bout », d’une « souffrance au travail » et d’un manque de moyens, elle avait créé l’association au lendemain de l'attaque de policiers à Viry-Châtillon en 2016.

« J’étais il y a quelques jours à Viry-Châtillon avec ses collègues. Le combat de Maggy Biskupski ne doit pas s’éteindre : j’entends la colère des policiers. Et nous y répondons, concrètement, avec plus d’effectifs et plus de moyens sur le terrain », a promis Christophe Castaner dans un tweet. Le président des Républicains Laurent Wauquiez a exprimé sur Twitter sa « pensée émue » pour la policière, « sa famille et ses collègues ». « Symbole d’une police à bout, elle portait le combat de ceux qui nous protègent au quotidien. Nous n’avons pas su la protéger. Hommage aux forces de l’ordre, à leur courage et à leur engagement sans faille », a-t-il déclaré.

135 suicides de policiers en 2017

Pour Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement national, ce « suicide (…) est le terrible symbole de la souffrance des policiers qu’elle dénonçait inlassablement. Cette souffrance a eu raison d’elle, et c’est un grand choc pour nous tous », a-t-elle tweeté. « Vite une Commission d’enquête » sur les suicides des policiers et des gendarmes, pour « agir contre cette souffrance », a réclamé de son côté le député de la France insoumise, Alexis Corbière, sur Twitter. Il a rendu hommage à Maggy Bikupski, « une voix forte décrivant le quotidien difficile de sa profession ».

Son « suicide alourdit la trop longue liste des policiers morts des conséquences de leur souffrance au travail », a abondé Benoît Hamon, le fondateur du mouvement Générations. Chez LR, le député Eric Ciotti a exhorté dans un tweet à « donner tous les moyens » aux policiers après cette expression de « souffrance ». Le président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan a également rendu hommage à cette « lanceuse d’alerte au sein des forces de l’ordre ».