Education: La France, pays privilégié pour les étudiants internationaux

ENSEIGNEMENT Selon Campus France, près de 343.000 sont venus étudier en France cette année…

20 Minutes avec AFP

— 

Des étudiants en plein travail.
Des étudiants en plein travail. — Pixabay

Les universités françaises continuent de faire rêver à l’étranger. Selon une étude, publiée ce lundi, par l’agence Campus France, la France est le quatrième pays privilégié par les étudiants internationaux qui choisissent une université étrangère. Si l’Hexagone est le premier pays non-anglophone du classement, elle est talonnée par des concurrents aux stratégies offensives.

« Cinq millions d’étudiants, soit 2,3 % de la population étudiante mondiale, étudient dans un système universitaire étranger. Parmi cette élite, 343.000 viennent en France, quatrième pays d’accueil des étudiants internationaux », souligne l’agence publique de promotion à l’étranger de l’enseignement supérieur français. « La France est au cœur de l’Europe, c’est la sixième puissance économique mondiale, notre recherche est reconnue avec 62 prix Nobel et elle attire des gens de tous les continents », estime, de son côté, Béatrice Khaiat, la directrice générale de Campus France.

Aucune université française dans le top 30 dans le classement de Shanghai

La France se classe derrière les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie mais sa place est disputée par plusieurs concurrents à la fois européens comme l’Allemagne et la Russie ou plus lointains comme la Chine, le Canada ou l’Arabie Saoudite. « Ces pays développent des stratégies d’attractivité offensives pour attirer davantage d’étudiants en particulier ceux venant d’Asie et de plus en plus du continent africain », souligne Campus France. « En France, tout ce qui est administratif est compliqué, les visas, ouvrir un compte en banque, renouveler son titre de séjour. Nous avons aussi un fort retard sur le nombre de cours en anglais », pointe Béatrice Khaiat.

La France a encore une forte marge de progression : dans le classement de Shanghai, qui distingue 500 établissements d’enseignement supérieur dans le monde, aucune université française n’apparaît dans le top 30. « La France n’est pas forcément dans le système anglo-saxon, on a des diplômes nationaux. Et puis nous n’avons pas les mêmes moyens de communication » que les grandes universités américaines, justifie la directrice de Campus France. Selon l’agence publique, l’accueil des étudiants étrangers coûte chaque année 3 milliards d’euros par an à la France mais rapporte 4,65 milliards d’euros.