Strasbourg: Un guide de bonnes pratiques pour l'intégration des femmes migrantes édité

REFUGIES Afin d’aider à accueillir des femmes immigrées de la meilleure des manières, une association européenne basée à Strasbourg a participé à réaliser un guide de bonnes pratiques…

Bruno Poussard

— 

Des réfugiés lors de l'évacuation d'un camp à Nantes (Loire-Atlantique). Illustration
Des réfugiés lors de l'évacuation d'un camp à Nantes (Loire-Atlantique). Illustration — SIPA
  • L’Association européenne pour la démocratie locale (Alda) basée à Strasbourg (Bas-Rhin) participe à un projet d’intégration des femmes migrantes.
  • Dans le cadre de cette mission européenne, l’ONG mène plusieurs expérimentations, et elle a pris part à éditer un guide de bonnes pratiques.

Cours de français par niveaux. Aide à l’insertion professionnelle. A Strasbourg (Bas-Rhin), les bénévoles de Plurielles sont impliqués auprès de dizaines de femmes réfugiées. Dans le cadre d’un projet d’intégration de l’UE, la branche française de l’Association européenne pour la démocratie locale (Alda) née en 1992 travaille à ses côtés depuis le début de l’année.

Basée au Conseil de l’Europe, elle compte notamment organiser désormais dans la capitale alsacienne des conférences avec des migrantes à l’histoire inspirante, puis des ateliers culturels (danse, cuisine…) entre des immigrées et habitantes de la ville en 2019. Pour aller plus loin dans l’accompagnement et l’intégration des femmes.

« Les femmes ont pu subir des violences liées à leur genre »

« Chaque public est spécifique, mais les femmes, qui ont pu subir des violences liées à leur genre, ont besoin d’une prise en charge particulière », insiste Solène Falk, chargée du projet pour l’Alda. Avec les partenaires de l’ONG sur le Vieux Continent, des expérimentations ont lieu dans huit pays afin d’en tirer des conclusions pour la Commission européenne.

En amont, un guide de dix bonnes pratiques, innovantes ou efficaces, a d’ores et déjà été établi par tous ces acteurs. A partir de là, un autre dossier vient d’être édité avec des recommandations à destination, cette fois, des élus locaux. Du haut de ses cinq bureaux en Europe (Italie, Belgique, Macédoine…), l’Alda a notamment mis en avant le travail de Plurielles à Strasbourg.

Des bonnes pratiques mises en avant et des recommandations

Autour de la santé ou de la contraception, le besoin d’infrastructures mais aussi d’information face la méconnaissance du système français est ainsi le premier à être listé. « Les personnels des centres d’accueil ne sont pas forcément sensibilisés spécialement aux femmes », précise Solène Falk. Des manques parmi tant d’autres, selon ce guide bientôt publié.

Est ensuite mise en avant la nécessité de connaissance et de soutien dans le domaine de l’emploi. Puis les activités avec des habitants implantés pour l’inclusion, dans un troisième temps. Solène Falk estime : « Au bout d’un moment, il faut encourager la création de liens. Si elles ne rencontrent pas les populations locales, les stéréotypes sur les migrants perdurent. »

Autour de ces trois grands sujets, l’Alda espère voir partagés ses constats et conseils auprès des décideurs. Dans cette idée, l’association a présenté ses conclusions à la Maison des associations de Strasbourg au terme d’une table ronde ce vendredi. Les élus de la ville recevront, eux, ce guide dans les jours à venir. Disponible le site de l’Alda, il aura vocation à tourner plus largement.