Attentats du 13-Novembre: Où en est la recherche sur la radicalisation djihadiste, trois ans après les attentats?

RECHERCHE Trois ans après la vague d’attaques terroristes, la recherche sur le phénomène de radicalisation s’est structurée et professionnalisée…

Helene Sergent

— 

Depuis trois ans, la perception des personnes radicalisées et leur prise en charge a évolué.
Depuis trois ans, la perception des personnes radicalisées et leur prise en charge a évolué. — ALLILI MOURAD/SIPA
  • Du 7 au 10 novembre, 90 intervenants spécialisés - psychiatres, psychologues ou psychothérapeutes - se sont réunis à Paris à l’occasion des états généraux psy sur la radicalisation.
  • La prise en charge de détenus ou de mineurs radicalisés a permis de démontrer la diversité des profils et parcours djihadistes.
  • Les nombreuses recherches menées à ce sujet ont permis d’adapter l’action des pouvoirs publics après une phase de « sidération » chaotique.

« En 2015, après la sidération des attentats de janvier et de novembre, le discours dominant consistait à dire : «Ces gens sont fous, il faut les soigner». C’est à partir de ce moment que j’ai commencé à rencontrer des détenus radicalisés ». Trois ans après, le psychiatre Guillaume Monod a tiré de ces nombreux entretiens menés dans une maison d’arrêt parisienne, un ouvrage intitulé En prison, paroles de djihadistes, publié le 15 novembre prochain.

Un retour d’expérience également partagé par le psychiatre lors des « états généraux psy sur la radicalisation » organisés à Paris du 7 au 10 novembre. L’événement, le premier sur le sujet, a réuni plus de 90 intervenants spécialisés - psychiatres, psychologues ou psychothérapeutes. Signe d’une évolution depuis trois ans dans la compréhension et la prise en charge du phénomène de radicalisation en France.

Des clichés déconstruits

« Quand l’enquête sur les auteurs des attentats de janvier 2015, Amedy Coulibaly et les frères Kouachi, a commencé, on a vu se dessiner un «profil type». Une sorte de «parcours type» du terroriste djihadiste s’est imposé : un homme jeune, issu de l’immigration, avec un père absent et un passage par l’aide sociale à l’enfance (ASE) ou par la protection judiciaire de la jeunesse », analyse Guillaume Monod.

Un schéma qu’il ne retrouve pas lors de ses entretiens en prison avec des détenus radicalisés. « Le premier constat que j’ai fait, c’est que les djihadistes qui souffrent de troubles psychiatriques sont très minoritaires », assure le psychiatre. Autre enseignement : aucun profil type n’existe : « J’ai rencontré d’anciens toxicomanes, des pères de famille, des cadres dans des entreprises privées, des jeunes sans boulot, des types insérés ».

Une analyse partagée par Muriel Domenach, secrétaire générale du CIPDR (Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation). « On ne peut pas associer la radicalisation à une maladie mentale. En 2015, la sidération a été si forte qu’on a cherché des réponses toutes faites, rassurantes, autour d’une mono causalité. Or, les expériences de terrain ont démontré que les causes de la radicalisation étaient multiples ». C'est pourquoi le plan «prévenir pour protéger» face à la radicalisation retient une approche pluridisciplinaire, avec une prise en charge éducative, sociale, et psy.

Une réponse pluridisciplinaire

Cette évolution dans la perception des personnes radicalisées a entraîné une modification de leur prise en charge. « Très vite, des tas de gens se sont autoproclamés «experts» sans avoir rencontré de djihadistes. Aujourd’hui, le sujet est devenu une vraie discipline universitaire », estime Guillaume Monod. C’est cette professionnalisation qui a nécessité l’organisation « d’états généraux » précise Fethi Benslama, psychanalyste et président du comité d'organisation de l’événement.

« Les idées générales ont laissé place à une connaissance très fine du phénomène. La réponse apportée doit être pluridisciplinaire, c’est pour cette raison qu’on a noué ce partenariat et fait intervenir professionnels de terrain et représentants de l’Etat ».

Un contre-discours inefficace

« L’enjeu de ces états généraux, c’est aussi d’identifier ce qui marche et partager ces bonnes pratiques. On sait maintenant que la «déradicalisation» correspond à des attentes irréalistes. Le plan prévenir pour protéger lui préfère le désengagement, et mise sur la prévention. Il faut faire de la pédagogie, de l’accompagnement, de la prévention, déconstruire et désamorcer les théories du complot et l'antisémitisme, qui sont un véritable sas de la radicalisation », abonde Muriel Domenach.

Lancé quelques mois à peine après les attentats du 13 novembre 2015, le centre de «déradicalisation» installé à Pontourny (Indre-et-Loire) a fermé ses portes après plusieurs couacs. Désormais, les pouvoirs publics privilégient les « centres de prise en charge individualisée » en milieu ouvert, inspirés du modèle danois et présentés lors du dernier plan de lutte contre la radicalisation

Pour Guillaume Monod, l’urgence réside désormais dans l’accompagnement des détenus radicalisés. Selon la ministre de la Justice, 450 auront purgé leur peine fin 2019. Une sortie de prison qui suscite une inquiétude et qui nécessite une prise en charge complète. « Le contre-discours ou dire 'tu as tort', ça ne marche pas. En revanche, il faut mettre à distance la violence, c’est ça le véritable enjeu ».