VIDEO. Narbonne: Une vidéo dénonce la maltraitance animale à l'abattoir

ANIMAUX L’association Les Sans Voix d’Eden a publié jeudi soir une vidéo choc où l’on voit les animaux encore conscients, malgré la présence de caméras…

J.R.

— 

Illustration d'Un abattoir à bovins dans l'Ouest de la France (illustration).
Illustration d'Un abattoir à bovins dans l'Ouest de la France (illustration). — GILE MICHEL/SIPA

C’est une vidéo partagée jeudi soir sur les réseaux sociaux par l’association Les Sans Voix d'Eden que Rémy Gaillard a fait suivre à ses millions de followers. Tournée à l’abattoir de Narbonne, cette vidéo dénonce la maltraitance animale malgré les caméras de surveillance.

Reprises de conscience, agonies de plus de trois minutes, les images sont insoutenables. Avec cette nouvelle vidéo tournée en septembre 2018, l’association veut dénoncer tout un système, montrant malgré la présence de caméras la persistance des dérives.

Dénoncer un système obsolète

L’association antispéciste milite pour l’abolition des abattoirs. Avec cette vidéo choc, elle veut dénoncer « un système obsolète, qui ne fonctionne plus ».

« Les images servent à montrer que cela n’est pas un cas isolé, ces images ne servent pas à pointer du doigt un établissement mais bel et bien le système, souligne Audrey Bonnel, la présidente de l’association. Malgré les caméras de surveillance, il y a des reprises de conscience. Nous ne pouvons plus essayer d’améliorer le bien-être animal, nous sommes dans une urgence éthique et écologique qui nous oblige à changer nos habitudes de consommation ».

Selon Les Sans Voix d’Eden, l’abattoir est actuellement en liquidation judiciaire et les employés au chômage technique. L’association n’a pas porté plainte.

Dans L'Indépendant, la direction de l’abattoir a réagi vendredi matin à la diffusion des images, réfutant les reprises de conscience des animaux. « L’animal est abattu par une balle tirée par un pistolet automatique, le matador, détaille Myriam Patrice, la directrice. C’est un dispositif d’étourdissement irréversible sur le cortex et le tronc cérébral. Les mouvements sont dus aux réactions des nerfs, comme lorsque vous coupez la tête d’un canard, et que vous voyez l’animal bouger encore quelques minutes. Il n’y a aucune reprise de conscience. »