Immeubles effondrés à Marseille: «Ils sont morts à cause des politiciens», les habitants dénoncent un «fiasco municipal»

REPORTAGE La mairie de Marseille est largement critiquée pour son inaction avant l’effondrement des immeubles, et pour son manque de réaction depuis…

Adrien Max

— 

Des habitants se pressent pour aller rechercher des affaires dans leurs logements, après l'effondrement de trois immeubles à Marseille.
Des habitants se pressent pour aller rechercher des affaires dans leurs logements, après l'effondrement de trois immeubles à Marseille. — Claude Paris/AP/SIPA
  • Trois immeubles insalubres se sont effondrés lundi à Noailles, dans le 1er arrondissement de Marseille.
  • Six corps ont déjà été retrouvés par les sauveteurs, qui poursuivent leurs recherches.
  • Beaucoup de personnes critiquent la mairie pour son inaction avant le drame, et son manque de réactions depuis.

« Ces gens ne sont pas morts à cause de maladie, mais parce que les &politiciens n’en ont rien à foutre. » La colère de Norah, 43 ans, résume le sentiment d’abandon qui prédomine chez les habitants du quartier de Noailles, dans le centre-ville de Marseille. C’est là que trois immeubles se sont effondrés lundi, emportant avec eux au moins six habitants.

« Je suis très en colère, la situation existe depuis 30 ans mais on ne fait rien contre. Pour vous dire, je ne suis même pas sûr que ce drame fasse avancer les choses. C’est une ville schizophrène, vous faites 200 mètres et vous passez de taudis dans lesquels les gens meurent, à des hôtels 4 étoiles. Il faut des punitions contre ces irresponsables », s’énerve Norah, qui a longtemps travaillé dans le quartier.

« Le mal est très profond »

Pour Patrick Desbouiges, régisseur social qui accompagne les plus pauvres, « la ville de Marseille est la première responsable ». « La ville préempte les immeubles, puis les laisse pourrir. Ça fait plus de 10 ans que le 63 devait être refait. Pourtant, en janvier dernier, ils ont encore repoussé les travaux de deux ans. Le mal est très profond, nous sommes actuellement gouvernés par une mafia politico-financière. L’expert qui a autorisé le retour des habitants a été payé. Quelle enveloppe a-t-il reçue ? Par qui ? », accuse-t-il.

Mohamed El-Yousfi, avocat du cabinet Liautard, le syndic de la copropriété du 65 qui a alerté la mairie pour un sinistre le 18 octobre dernier, s’interroge également : « La ville a pris un arrêté de péril imminent pour un seul appartement du premier étage le 19 octobre, avec une obligation de travaux sous 21 jours. Les travaux ont été réalisés le soir même par le syndic. Un autre expert est passé le 25, il n'a jamais évoqué que l’immeuble était sur le point de s’effondrer. »

« Les fortes pluies »

Pourtant, dans ses différents communiqués, la mairie semble reporter la faute sur cette copropriété. « Le numéro 63 avait été muré et sécurisé afin d’en empêcher l’accès. Le propriétaire du 67 rue d’Aubagne a engagé une procédure judiciaire à l’encontre de la copropriété du 65 concernant l’instabilité du mur mitoyen, Marseille Habitat [la mairie, donc], s’était associé à cette démarche », a balayé la mairie.

Selon un marin-pompier, qui s’est confié à 20 Minutes, « il est très probable que le numéro 63 a entraîné la chute du numéro 65, qui se sont ensuite effondrés les uns sur les autres ». Jean-Claude Gaudin (LR) a finalement reconnu ce mercredi dans les colonnes de La Marseillaise, « qu’il va falloir faire plus » contre l’habitat insalubre, tout en critiquant la lenteur des procédures.

Lundi déjà, quelques heures après l’effondrement des immeubles, la mairie s’est fendue d’un message en guise de tentative d’explication sur Twitter. « Ce dramatique accident pourrait être dû aux fortes pluies qui se sont abattues sur Marseille ces derniers jours. Les autorités judiciaires sont sur place et procèdent à l’analyse des circonstances afin de déterminer les causes exactes de ce drame. » Une explication qui a provoqué de vives réactions au sein de la population marseillaise.

Des élus aux abonnés absents

Si le maire Jean-Claude Gaudin s’est rendu sur place dans le milieu de l’après-midi, certains ont d’ailleurs souligné ironiquement qu’il venait pour la première fois dans ce quartier populaire, accompagné d’élus. Depuis, leur présence et leur parole sont rares. Sollicité par 20 Minutes, Gaudin n’a d’ailleurs pas donné suite à notre demande d’interview. Le maire de Marseille a toutefois annoncé dans un communiqué ce mercredi en fin de journée qu’il tiendrait un point presse ce jeudi, à 11 heures, en mairie. Certains adjoints n’ont pas hésité à poster des photos sur les réseaux sociaux, arborant de larges sourire pour une soirée autour sur chocolat !

Mardi soir, seuls le procureur de la République, Xavier Tarabeux, et le préfet de région Pierre Dartout, se sont présentés devant la presse. « La mairie a mandaté des experts afin de procéder à l’évaluation de la situation des immeubles voisins », a dû expliquer Pierre Dartout aux journalistes. Aucun élu n’a daigné se déplacer. Mercredi soir l’adjoint à la sécurité, Julien Ruas, après avoir reporté sa prise de parole pendant plus de trois heures, a annoncé la « déconstruction de deux nouveaux immeubles pour sécuriser la zone des recherches » aux journalistes. Avant de devoir apprendre aux habitants qu’ils ne retrouveraient jamais leur appartement.