Carnet de croquis, roman… Comment raconter le mariage de manière décalée

LE GRAND JOUR Artiste ou écrivaine, ils tentent de casser les codes en proposant des créations originales pour les mariés…

Jérôme Gicquel

— 

Carnettiste de mariage, Vincent propose des carnets de croquis pour les mariages.
Carnettiste de mariage, Vincent propose des carnets de croquis pour les mariages. — J. Gicquel / 20 Minutes
  • Le salon du mariage, qui se tient à Rennes ce week-end, mettra en avant de nouvelles prestations proposées par des créateurs.
  • Parmi eux, Vincent qui veut dépoussiérer les cérémonies avec ses carnets de croquis.
  • Léonie Place écrit quant à elle des romans sur l’histoire d’amour des tourtereaux.

Ah les mariages… Moment de bonheur pour certains, gros calvaire pour d’autres. Les mariés pensaient pourtant bien faire en voulant faire preuve d’originalité. Mais force est de constater que les mariages ont tendance à tous se rassembler avec le traditionnel vin d’honneur, la pièce montée, le discours un peu ému du père de la mariée et DJ Jean-Claude pour ambiancer la soirée et faire danser des convives (souvent) avinés.

Pour dépoussiérer la cérémonie, certains prestataires n’hésitent pas à casser les codes en proposant de nouveaux services aux mariés. C’est le cas de Vincent, illustrateur, qui sera présent ce week-end au salon du mariage au Parc Expo de Rennes. Sa profession : carnettiste de mariage. Crayon ou feutre à la main, il prend un malin plaisir à croquer les invités et à capter sur le vif, et souvent avec humour, les moments clés de la cérémonie. Une fois la bague au doigt, les mariés repartent avec un carnet de 15 à 20 illustrations pour immortaliser le grand jour.

« Je ne remplace pas le travail d’un photographe, c’est complémentaire », indique l’illustrateur, pour qui « l’art a toute sa place dans l’événementiel ». A la place du photobooth, très à la mode dans les mariages, il propose aussi le Croquirama, tous les invités repartant avec leur portrait croqué à la fin du mariage. « Cela peut être aussi des portraits de famille, dans l’esprit du Petit Nicolas », souligne le trentenaire.

Léonie écrit le roman d’une vie à deux

Un peu plus au sud de la Bretagne, à Vannes plus précisément, Léonie Place officie quant à elle comme « rédactrice de contes de faits ». A la place du crayon, c’est avec sa plume que cette ancienne journaliste raconte sur commande les événements marquants d’une vie, comme le mariage.

« Je vais d’abord rencontrer les futurs mariés avant le grand jour pour écouter leur histoire, qu’ils me livrent des anecdotes sur leur rencontre ou leur vie de tous les jours. Et pour le mariage, j’enfile la casquette de reporter pour interroger les amis et la famille, m’immiscer dans les coulisses pour raconter ce que les mariés ne voient pas », indique-t-elle.

Les souvenirs et les anecdotes glanés, elle les met ensuite en forme pour proposer aux mariés un beau livre de 50 à 80 pages, une sorte de roman de leur vie à deux. « Chaque livre est écrit différemment. Dans chaque mariage, un événement va m’inspirer plus qu’un autre », indique la jeune femme, qui compte déjà une dizaine de récits de mariage à son actif.