Les garçons au centre, les filles sur les côtés... Pourquoi la cour de récréation est un lieu d'inégalités entre les élèves?

EDUCATION Les résutats de la 4e Consultation nationale des 6-18 ans par l’Unicef France dévoilés ce jeudi soulignent le peu de relations entre les élèves de sexe opposé à l’école et au collège…

Delphine Bancaud

— 

Toulouse,les élèves d'une école élémentaire lors de la récréation.
Toulouse,les élèves d'une école élémentaire lors de la récréation. — FRED SCHEIBER / 20 MINUTES
  • L’Unicef  dévoile ce jeudi les résultats de sa 4e consultation nationale des 6-18 ans consacrés aux inégalités entre filles et garçons.
  • L'étude montre que la cour de récréation est un espace difficile à partager pour les garçons et les filles.
  • Car les jeux des garçons sont le plus souvent priorisés et que l’amitié entre personnes de sexe opposé ne va pas de soi.
  • Forts de ces constats, des établissements ont réaménagé leurs cours pour créer davantage d’interactions entre les garçons et les filles.

Il n’y a qu’à observer la cour de récréation d’une école primaire ou d’un collège pour que cela saute aux yeux : les filles sont sur le côté et les garçons au centre. Une réalité soulignée dans la consultation nationale des 6-18 ans par l’Unicef France dévoilée ce jeudi, qui porte cette année sur les inégalités entre filles et garçons. Elle pointe notamment un problème de cohabitation des filles et garçons dans la cour de récréation, surtout en école primaire et au collège. D’ailleurs, 45 % les filles de 6 à 18 ans considèrent qu’elles ont moins de droits que les garçons contre 30 % des garçons qui pensent le contraire.

Selon l’étude, si la cour de récréation reste un espace difficile à partager, c’est parce que la priorité est le plus souvent donnée aux jeux des garçons. Une réalité qu’a aussi étudiée la géographe du genre, Edith Maruéjouls depuis plusieurs années : « J’observe les élèves jouer dans les cours de récréation et je constate que la norme c’est de ne pas se mélanger. Les garçons occupent une place centrale en jouant au foot, alors que les filles sont reléguées aux coins. Sur les dessins des enfants, ils ont d’ailleurs du mal à représenter les filles dans la cour », explique-t-elle.

« On n’a pas trop de place pour jouer à la corde à sauter »

Cette situation, Sophia, 12 ans, collégienne à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) la vit au quotidien : « Les garçons jouent au milieu de la cour et les filles sont en petits groupes sur les côtés. On n’a pas trop de place pour jouer à la corde à sauter ou à l’élastique et parfois on se prend des ballons dans la tête. Une de mes camarades a même eu ses lunettes cassées à cause de cela », raconte-t-elle à 20 Minutes. Et les collégiennes qui demandent à jouer au foot avec leurs camarades reçoivent souvent une fin de non-recevoir : « les garçons n’acceptent pas les filles dans leur équipe car ils pensent qu’elles joueront mal. Et lorsqu’ils acceptent, ils ne leur passent pas le ballon, elles finissent donc par se retirer du jeu d’elles-mêmes », témoigne Sophia. « Les garçons ont des a priori sur les filles : selon eux, elles sont moins performantes sur un terrain de foot qu’eux. Et en jouant avec elles, ils ont l’impression qu’ils devront renoncer à avoir la balle souvent », renchérit Edith Maruéjouls.

Quant aux garçons qui ne sont pas amateurs de foot, ils ne se mêlent pour autant aux filles : « A part quelques rares exceptions, ils restent entre eux pour jouer à chat ou parler des jeux vidéo​ », déplore Sophia. « Ils craignent que leur perméabilité au monde des filles les conduise à se faire rejeter par le groupe des garçons populaires dominants », atteste Edith Maruéjouls. « Traîner avec les filles, manger avec les filles, pour un garçon, fragilise sa place dans le groupe des hommes », souligne aussi l’étude de l’Unicef.

« Cela influe sur le climat scolaire »

Ce non-partage de l’espace scolaire témoigne aussi du fait que l’amitié avec le sexe opposé ne paraît pas aller de soi, comme le souligne l’étude de l’Unicef. Selon celle-ci, les filles ne sont que 69,4 % à affirmer avoir au moins un ami garçon et leurs homologues masculins ne sont que 65,4 % à affirmer avoir au moins une amie fille. Et le fait de vivre dans un quartier populaire ou prioritaire a aussi un effet spécifique : dans ces quartiers, les enfants ou les adolescents considèrent davantage que les relations entre les filles et les garçons posent problème et qu’ils ne peuvent pas participer aux mêmes jeux.

Cette absence de mixité dans la cour de récréation a des conséquences, selon Edith Maruéjouls : « Cela influe sur le climat scolaire car le fait de se construire dans un entre soi, de ne pas être habitué à rentrer en relation avec un camarade de l’autre sexe renforce les stéréotypes sur le sexe opposé et les possibilités de conflit », analyse la géographe. D’où sa préconisation de revoir l’aménagement de l’espace dans les cours de récréation : « il faut créer des espaces modulables qui permettent de jouer au foot certains jours et à d’autres jeux les jours suivants. Il faut définir d’autres lieux où on peut danser, chanter. Il faut aussi bannir les bancs et les remplacer par des chaises qui permettent de davantage entrer en contact », suggère-t-elle par exemple.

Certaines municipalités, à l’instar de Trappes (Yvelines) se sont déjà attelées à la tâche : plusieurs établissements de la ville ont vu leur cour réaménagée, avec des jeux collectifs qui incitent les enfants à se déplacer et en supprimant le terrain de foot au centre de la cour. A Mont-de-Marsan (Landes) une école primaire a aussi organisé des récréations sans ballon. Tous les jeudis, d’autres jeux collectifs sont proposés par les enseignants. Un exemple que Sophia aimerait voir appliquer à son collège : « J’aimerais pouvoir jouer au basket et au base-ball avec les garçons », déclare-t-elle.

>> Est-ce le cas pour vos enfants? Restent-ils séparés, les garçons d'un côté, les filles de l'autre? Ou à l'inverse, leur école a-t-elle mis en place des mesures pour un meilleur partage de la cour de récréation et plus d'interactions entre les garçons et les filles? Vous pouvez témoigner dans les commentaires ou envoyer un mail à temoignez@20minutes.fr Merci d'avance

* 26.000 enfants de 6 à 18 ans en France Métropolitaine et Guyane ont répondu à cette enquête, soit sur une plateforme en ligne, soit par écrit, dans 132 villes ou intercommunalités amies des enfants, en ayant parfois aidé par un animateur ou un enseignant afin de bien comprendre le sens des questions posées.