Les infos immanquables du jour: Le dossier médical partagé, Emmanuel Macron et le blocage du 17 novembre

ACTU Ce qu'il ne fallait pas manquer dans l'actualité de ce mardi 6 novembre...

Armelle Le Goff
— 
Emmanuel Macron le 5 novembre 2018 à Morhange.
Emmanuel Macron le 5 novembre 2018 à Morhange. — LUDOVIC MARIN / AFP

Que vous soyez à Tours à ou à La Rochelle, c’est l’heure des immanquables.

L’article le plus lu du jour : Lancement du DMP: Comment gérer son dossier médical partagé, un carnet de santé numérique? 

« Le dossier médical partagé doit devenir une évidence, un peu comme la carte vitale », introduit Agnès Buzyn, ministre de la Santé lors de la présentation ce mardi matin du fameux DMP. Un sigle que vous risquez d’entendre beaucoup ces prochaines semaines et mois. Le dossier médical partagé (DMP), un carnet de santé en ligne piloté par l’Assurance maladie et testé pendant deux ans dans neuf zones pilotes, est généralisé à la France entière à partir de ce mardi. Et devrait faciliter la vie des professionnels de santé comme des patients, comme on vous l'explique par là. 

 

L’article le plus partagé du jour : Blocage du 17 novembre: Mouvement «citoyen» ou opération de «fachos», l'appel est-il toujours «apolitique»?

Un mouvement « apolitique » ? Depuis plusieurs semaines, la gronde s’intensifie : coups de gueule sur les réseaux sociaux, pétitions en lignes, appels à bloquer les routes le 17 novembre… De nombreux automobilistes dénoncent la hausse du prix des carburants sur Internet. Devant le succès de cette contestation, Emmanuel Macron a mis en garde ce mardi sur Europe 1 : « Il faut toujours être prudent avec ce type de mouvement car s’agrègent toutes les formes de démagogie avec des gens qui n’ont rien à voir. De gens qui n’ont pas beaucoup de projets si ce n’est de mettre le pays à l’arrêt. » Ce mouvement de « citoyens en colère », a-t-il vraiment été récupéré par les partis politiques ? Un article à lire ici. 

 

L’article le plus à lire du jour : Blocage du 17 novembre : Emmanuel Macron n’encourage pas «l’usage de la force» et ne prévoit pas d’allocution

L’appel au blocage des routes françaises, le 17 novembre 2018, pour protester contre la hausse du prix des carburants, n’en finit plus de susciter des intox ou canulars. Après un faux message de soutien de la police ou encore le détournement d’un mouvement de protestation d’ambulanciers à Strasbourg, Emmanuel Macron est désormais ciblé par de fausses rumeurs.

Une lettre prétendument signée du président de la République connaît en effet un certain succès sur les réseaux sociaux. Emmanuel Macron, s’adressant au procureur de la République de Paris, y affirmerait notamment : « Le 17 novembre prochain doit avoir lieu en France, un mouvement social qui semble d’ampleur. Les réactions observées sur les réseaux sociaux nous laissent présager un désordre qui pourrait nuire à l’ordre public. Ainsi je vous demande par la présente, de prendre toutes les mesures nécessaires afin que ces agitateurs ne puissent nuire au bon fonctionnement de notre république. » Or tout cela relève de l’intox. Plus d'infos ici.