C’est l’heure du BIM: Emmanuel Macron assume, Edouard Philippe prospecte et Donald Trump joue gros

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu’il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d’information matinal (BIM)…

Noémie Sato

— 

Le président de la République Emmanuel Macron.
Le président de la République Emmanuel Macron. — Michel Euler/AP/SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap' pour vous aider à y voir plus clair.

Macron «assume parfaitement» la hausse de la taxation sur le diesel

« J’assume parfaitement que la fiscalité due au diesel soit au niveau de celle de l’essence et je préfère la taxation du carburant à la taxation du travail », souligne le chef de l’État dans un entretien au Journal du Dimanche avant d’entamer un périple présidentiel inédit à travers l’est et le nord de la France pour célébrer le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale. « Les mêmes qui râlent sur la hausse du carburant, réclament aussi qu’on lutte contre la pollution de l’air parce que leurs enfants souffrent de maladies », ajoute Emmanuel Macron, ajoutant que « la hausse du prix à la pompe qu’on constate aujourd’hui est liée à 70 % à celle des cours du pétrole ».

Edouard Philippe est arrivé en Nouvelle-Calédonie

Le Premier ministre Édouard Philippe a atterri lundi à 8h15 (22h15 à Paris) en Nouvelle-Calédonie, où il vient rencontrer les forces politiques, au lendemain d’un référendum d’autodétermination qui a vu la victoire du maintien dans la France. Édouard Philippe, qui arrive du Vietnam, doit rencontrer à tour de rôle chaque force politique présente au congrès de Nouvelle-Calédonie, au cours d’entretiens individuels. Il veut poursuivre le dialogue de réconciliation engagé depuis 30 ans après la quasi guerre civile des années 1980 entre Kanak et caldoches, et discuter avec chaque partie de l’avenir de ce territoire stratégique, qui dispose d’importantes réserves de nickel et représente le dernier territoire européen dans la zone suite au Brexit.

«Midterms» américaines, pourquoi Donald Trump joue très gros

La bataille s’annonce explosive. Mardi, les électeurs américains vont renouveler l’intégralité de la Chambre des représentants, un tiers du Sénat et deux tiers des gouverneurs. Dans un pays plus déchiré que jamais, ces élections de la mi-mandat se sont transformées en référendum pour ou contre Donald Trump. En cas de victoire à la Chambre, les démocrates pourront bloquer la politique du président américain et, peut-être, tenter de le destituer. On n’en est pas là. Le scénario le plus probable est celui d’une cohabitation à l’américaine.