Pédophilie: Les évêques réfléchissent à une (éventuelle) commission indépendante

SOCIÉTÉ Réunis à Lourdes ce week-end, les évêques de France vont discuter de l’idée de créer une commission indépendante sur la pédophilie dans l’Eglise…

H.M. avec AFP

— 

Le sanctuaire de Lourdes.
Le sanctuaire de Lourdes. — Charuel - Sipa

L’idée de créer une « commission indépendante » sur la pédophilie dans l’Eglise fait son chemin dans l’épiscopat français. Elle sera en tout cas « discutée » ce week-end à Lourdes lors de la Conférence des évêques de France (CEF), a indiqué son porte-parole jeudi dans l’émission «Face aux Chrétiens» sur la chaîne KTO.

Cette « commission doit être indépendante, donc l’épiscopat demandera [pour la diriger] une personnalité dont la crédibilité au sein de la société française est telle que son indépendance et son impartialité ne puissent pas être remises en cause », a précisé Olivier Ribadeau Dumas.

La CEF considère que ce sera ensuite à cette personnalité de composer la commission. Mais le porte-parole suggère toutefois qu’elle comprenne « des historiens parce qu’il y a un volet historique ».

Un précédent pour la Collaboration

Il y a dans ce domaine un précédent : En 1989, l’archevêque de Lyon, le cardinal Decourtray, avait demandé à l’historien René Rémond de mettre sur pied une commission pour établir le rôle des milieux ecclésiastiques dans le soutien apporté, du temps de Vichy, au milicien lyonnais Paul Touvier.

Concernant l’éventuelle commission sur la pédophilie, les évêques estiment aussi avoir de besoin de « magistrats », d’un « ou plusieurs spécialistes de l’enfance », d’un sociologue de l’institution, et d’un « canoniste ».

Le principe de cette instance indépendante avait été évoqué pour la première fois début octobre par Mgr Pontier, le président du CEF. A ce moment-là, plusieurs personnalités demandaient une commission d’enquête parlementaire sur les crimes de pédophilie dans l’Eglise catholique. L’idée a été écartée par le Sénat.

Les évêques ont aussi invité samedi à Lourdes des victimes de pédophilie. Celles qui ont accepté seront invitées à s’exprimer en petit comité « pour ouvrir un dialogue attendu ».