VIDEO. Jets d'acide, incendies, heurts... Une centaine de personnes interpellées en marge d'Halloween

FLAMBEE Voitures et poubelle incendiées, heurts avec les forces de l’ordre... De Paris à Toulouse en passant par Lyon, Grenoble ou encore Rennes, la nuit d’Halloween a donné lieu à une flambée de violence…

H.M. avec AFP
— 
Un voiture en feu dans un quartier de Toulouse. Illustration.
Un voiture en feu dans un quartier de Toulouse. Illustration. — R. Gabalda - AFP
  • La nuit d’Halloween a  été émaillée d'incidents dans plusieurs villes.
  • Le ministre de l’Intérieur annonce 116 interpellations et prévient qu’il ne laissera pas passer.

En France, la nuit d’Halloween a pris des allures de Saint-Sylvestre. Elle a été marquée par une flambée de violences urbaines dans un contexte un peu particulier après l’appel à la violence et à une « purge » visant les policiers lancé sur les réseaux sociaux.

Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, qui avait mobilisé exceptionnellement 15.000 forces de l’ordre, annonce ce jeudi 116 interpellations et 82 gardes à vue. Il précise que « les dégâts sont (…) largement inférieurs » à ceux relevés les années précédentes mais qu’ils restent « totalement anormaux et scandaleux ».

 


Plusieurs villes ont été touchées par ces incidents. Petit tour de France de cette nuit d’enfer.

Des policiers visés par des jets d’acide en région parisienne

Dans l’Essonne, des policiers ont été visés avec une bouteille d’acide qui n’a pas atteint son but. Ils intervenaient pour empêcher le pillage d’un centre commercial de Montgeron. Dans le même département, des policiers ont essuyé des jets de pierre. Des jeunes ont aussi été interpellés à Etampes après des tirs de mortier.

Dans le Val-de-Marne, 12 véhicules ont été incendiés et 36 personnes interpellées, dont un jeune de 18 ans qui a caillassé une voiture de police et aurait reconnu vouloir participer à la « purge ».

Sur Twitter, Valérie Pécresse​, la présidente de la région Ile-de-France, demande des « sanctions exemplaires ». Nicolas Dupont-Aignan (DLF), député de l’Essonne, dénonce des « insupportables violences ».

Un adolescent blessé à Rennes

La fièvre a gagné les rues de Rennes où 13 voitures et une vingtaine de poubelles ont été incendiées. Un adolescent de 15 ans a été blessé par une balle de type gomme-cogne. Il a été atteint à la tempe alors qu’il lançait des projectiles en direction des policiers.

Les flammes du côté de Grenoble

Il y a eu plus de 70 feux de poubelles ou de véhicules dans l’Isère, dans les quartiers de la Villeneuve et du Mistral à Grenoble mais aussi sur les communes d’Echirolles, de Pont-de-Claix et de Vienne. Selon la radio ISA, les pompiers ont été pris pour cibles à deux reprises.

Sept interpellations à Lyon

Sept personnes ont été arrêtées près de la place Bellecour, à Lyon, où ont eu lieu des « bousculades » et des « jets de projectiles sur la vitrine d’un fleuriste », a indiqué la préfecture du Rhône, qui a toutefois réfuté toute action « organisée ». Là aussi, les pompiers ont dû faire face à de nombreux incendies de véhicules et de poubelles. En tout, 12 personnes ont été interpellées dans le département.


Deux policiers légèrement blessés à Toulouse

Deux policiers municipaux toulousains ont été légèrement blessés lors deux l’interpellation de deux hommes masqués qui agressaient les passant à mains nues. Dans la Haute-Garonne, les pompiers ont dû faire face à 27 incendies volontaires. Dix véhicules sont partis en fumée.

Deux mineurs arrêtés à Strasbourg

A Strasbourg, des échauffourées avec les forces de l’ordre ont éclaté dans les quartiers sensibles. Deux mineurs, déjà connus de la police, ont été interpellés dans le quartier du Koenigshoffen après avoir lancé des projectiles sur les policiers. Ces derniers ont également essuyé au cours de la soirée des jets d’engins incendiaires.

Nuit chaude à La Réunion

La nuit d’Halloween a été également agitée à la Réunion, notamment dans le quartier du Chaudron à Saint-Denis. Jets de pierres, incendies… le syndicat Unité SGP Police annonce une dizaine d’interpellations. Des pillards en auraient profité pour voler des motos chez un concessionnaire.

D’autres incidents ont été signalés à Metz, Nantes ou encore Poitiers.

L’adolescent isérois à l’origine du message parle désormais d’une « blague ». Il doit être jugé le 28 novembre pour « provocation, non suivie d’effet, au crime ou délit ». « La fête ce n’est pas la casse (…) nous ne laisserons rien passer », a prévenu ce jeudi Christophe Castaner.