Vendée: Le diocèse enquête sur des faits de pédophilie, survenus il y a plus de 40 ans

EGLISE «Certains prêtres ont failli gravement en commettant des abus sexuels», écrit le diocèse dans un communiqué publié mercredi...

J.U. avec AFP

— 

Les évêques de France assurent qu'il n'existe d'omerta concernant les affaires de pédophilie au sein de l'Eglise (Photo d'illustration).
Les évêques de France assurent qu'il n'existe d'omerta concernant les affaires de pédophilie au sein de l'Eglise (Photo d'illustration). — BENOIT DOPPAGNE / BELGA / AFP
  • Le diocèse de Vendée a décidé de se pencher sur des faits de pédophilie, survenus dans deux établissements.
  • Deux prêtres, toujours en vie, ont depuis été suspendus provisoirement de tout exercice public de leur ministère.

Des affaires survenues dans la période 1950-1979, soit il y a plus de 40 ans. L'Eglise catholique en Vendée a annoncé, mercredi, qu'elle enquêtait sur des faits de pédophilie dans deux établissements du département. Des faits ayant conduit l'évêque de Luçon Mgr François Jacolin à suspendre deux prêtres de tout ministère public.

«Certains prêtres ont failli gravement en commettant des abus sexuels, gestes inacceptables, sur des enfants qui leur étaient confiés dans le cadre du petit séminaire de Chavagnes-en-Paillers ainsi que dans le cadre de l'institution Saint-Joseph de Fontenay-le-Comte», écrit le diocèse dans un communiqué, alors que Mediapart a publié ce mercredi une enquête intitulée «En Vendée, d’anciens séminaristes brisent le silence».

Plus d'une dizaine de prêtres

Le diocèse de Luçon évoque des témoignages mettant en cause «8 à 9 prêtres» dans le premier établissement situé à une cinquantaine de kilomètres au sud de Nantes. Deux seulement sont toujours en vie et ont été suspendus «provisoirement de tout exercice public de leur ministère (...) en attendant un jugement définitif de l'Eglise».

A Fontenay-le-Comte, «quatre prêtres» ont été accusés et un seul d'entre eux est encore vivant. Mgr François Jacolin a estimé à son sujet qu'«il est nécessaire de commencer par une recherche approfondie».

«Pas de prescription à la souffrance des personnes»

Le diocèse a assuré qu'«au vu des éléments connus alors», deux signalements avaient été faits auprès du procureur de la République en 2012 et 2016. «Après enquête, la justice civile avait abandonné les poursuites, car les faits, bien que solidement établis, étaient prescrits», a indiqué le diocèse, ajoutant que «pour l'Eglise il n'y a pas de prescription à la souffrance des personnes concernant les actes pédo-criminels».

L'ouvrage d'un ancien pensionnaire du séminaire de Chavagnes-en-Paillers, Une Croix sur l'enfance, a récemment connu un succès en librairie dans la région. Jean-Pierre Sautreau témoigne dans ce livre sorti en août de «l'humiliation et la souillure, la solitude et la mélancolie» qu'il a connues dans cet établissement où il était entré en avril 1960 à l'âge de 11 ans.