Givors: Ils trichent au code avec la complicité de l'auto-école, leur permis retiré

FRAUDE Le préfet du Rhône a également suspendu ce vendredi l’agrément de l’auto-école Gambetta de Givors, près de Lyon, impliquée dans une vaste fraude au permis de conduire…

Elisa Frisullo

— 

Permis de conduire - Illustration.
Permis de conduire - Illustration. — SERGE POUZET/SIPA
  • Entre 2011 et 2016, l’auto-école Gambetta à Givors, près de Lyon, a permis à des élèves ne sachant ni lire ni écrire d’obtenir le code en trichant.
  • Le gérant, son épouse et leurs complices ont été condamnés en mai pour ces faits.
  • La préfecture du Rhône a annoncé ce vendredi avoir supprimé l’agrément de l’auto-école.

Leur petit manège a duré un bon moment avant d’être repéré. Ce vendredi, la préfecture du Rhône a annoncé la suspension de l’agrément d’une auto-école de Givors, près de Lyon, impliquée et condamnée dans le cadre d’une vaste fraude au permis de conduire. Les vingt-six candidats mêlés à la triche ont également été sanctionnés.

Ce système, ultra-préparé, avait été découvert il y a plusieurs mois. Moyennant 3.000 à 5.000 euros en liquide, le gérant de l’auto-école Gambetta à Givors a permis à ses élèves, qui ne savaient ni lire ni écrire, de tricher pendant l’examen entre 2011 et 2016.

Jugés et condamnés en mai

Un complice, son assistant, se faisait passer pour un candidat, donnant par signes de tête ou de mains, répétés avant, les bonnes réponses aux vrais candidats. Poursuivi pour « fraude dans un examen, blanchiment et exécution d’un travail dissimulé », le gérant a écopé en mai d’une peine de 18 mois de prison, dont un an avec sursis, et de l’interdiction de gérer une auto-école pendant cinq ans. Son épouse a été condamnée à neuf mois de prison avec sursis et les complices à six mois avec sursis et 2.000 euros d’amende. Le couple a fait appel.

L’agrément d’enseignant de la conduite du gérant a également été suspendu pour une période de six mois, ajoute la préfecture du Rhône. À l’issue de la procédure contradictoire, 26 arrêtés portant retrait des permis de conduire ont été pris à l’encontre des candidats ayant reconnu avoir triché lors de l’examen théorique ou ayant été mis en cause par le gérant. « Ils ne sont donc plus titulaires du permis », précise les services de l’Etat.