Violences faites aux femmes: Près de 900.000 euros supplémentaires débloqués par Bercy

BUDGET Ces fonds seront notamment destinés à « 60 départements pour consolider des dispositifs » et « à mieux mailler des territoires parfois insuffisamment couverts »…

20 Minutes avec AFP

— 

Marlène Schiappa est secrétaire d'Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes depuis mai 2017.
Marlène Schiappa est secrétaire d'Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes depuis mai 2017. — VILLARD/SIPA

Le budget des violences faites aux femmes revu à la hausse. Bercy a débloqué, ce jeudi, près de 900.000 euros pour « développer ou renforcer les actions » de  lutte contre les violences faites aux femmes, a annoncé le secrétariat d’État chargé de l’Égalité entre les femmes et les hommes. Une somme puisée dans la réserve budgétaire de précaution.

« Cette décision concrète va permettre pour la première fois depuis de nombreuses années une consommation à 100% des crédits votés en loi de finances » et ce sont ainsi « plus de 848.000 euros supplémentaires » que la secrétaire d'État, Marlène Schiappa, va diriger « directement dans les territoires pour développer ou renforcer les actions d’accompagnement de femmes », explique le communiqué du secrétariat d’État.

Débloqués par Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics, ces fonds seront notamment destinés à « 60 départements pour consolider des dispositifs confrontés à un accroissement des demandes des victimes» et « à mieux mailler des territoires parfois insuffisamment couverts », a poursuivi cette source.

Un centre d’accueil dans le Tarn-et-Gfaronne et une prise en charge spécifique à Grenoble

« Cet effort témoigne également du soutien du gouvernement au travail réalisé par les partenaires de la société civile, porteurs de ces dispositifs, dont ceux des réseaux de la FNSF (Fédération nationale solidarité femmes, ndlr) et de la FNCIDFF (Fédération nationale des Centres d’information sur les droits des femmes et des familles), inscrits dans un réseau d’acteurs locaux et auxquels nombre de collectivités territoriales apportent aussi leur soutien », a ajouté le secrétariat d’État.

Et la répartition est d’ores et déjà précisée. Par exemple, un dispositif d'« accueil de jour situé dans le Tarn-et-Garonne » ou un dispositif de « prise en charge spécifique des femmes victimes de violences dans la rue à Grenoble devrait profiter de cette rallonge. La réserve de précaution est chaque année votée en loi de finances et permet de couvrir en principe les dépenses imprévues.