Lyon: Victime d'insultes racistes de la part d'élèves, une enseignante attaque le rectorat en justice

JUSTICE Une audience est prévue mercredi devant le tribunal administratif de Lyon pour des faits qui remontent à 2015...

C.G.

— 

Illustration salle de classe dans un lycée
Illustration salle de classe dans un lycée — MATHIEU PATTIER/SIPA

« Depuis des mois, une enseignante subit le harcèlement raciste et antisémite d’une partie de ses élèves. » Le 7 mai 2015, les enseignants du lycée professionnel Tony-Garnier à Bron, en grève, avaient adressé une lettre au ministère de l’Education nationale. Trois ans plus tard, leur collègue, las de n’avoir reçu aucun soutien hiérarchique, a assigné le rectorat en justice. Une audience est prévue ce mercredi devant le tribunal administratif de Lyon.

La principale intéressée, professeur de mathématique, reproche à sa direction de ne l’avoir pas prise au sérieux. Le proviseur de l’établissement avait par exemple jeté à la poubelle les caricatures la représentant, qu’elle lui avait remis. Il avait également refusé la tenue d’un conseil de discipline. « Il a affirmé que ce harcèlement ne relevait que d’un ressenti », rappelle le syndicat CGT Educ'Action Rhône.

« Quel exemple donner aux jeunes » ?

« L’administration a fini par reconnaître du bout des lèvres un harcèlement raciste tout en ne cessant de le minimiser et en refusant d’endosser ses responsabilités », poursuit-il. Et de s’interroger : « Comment l’Education nationale entend-elle lutter contre la discrimination si elle ne protège pas les enseignants qui en sont victimes ? Quel exemple donne-t-elle aux jeunes si elle minimise la gravité de tels faits qui portent atteinte à l’intégrité et à la dignité des personnes ? »