VIDEO. Lactalis: Le groupe dément avoir écoulé 8.000 tonnes de lait «potentiellement contaminé»

SCANDALE Le rappel du lait infantile, ordonné par la justice, ne concernait pas le lait en poudre pour adultes, qui a continué d’être écoulé…

M.A. avec AFP
— 
L'usine Lactalis de Craon en Mayenne, d'où est sorti le lait contaminé aux salmonelles.
L'usine Lactalis de Craon en Mayenne, d'où est sorti le lait contaminé aux salmonelles. — DAMIEN MEYER / AFP

Le scandale Lactalis n’est pas terminé. Selon Le Canard enchaîné et l'Association des familles victimes du lait contaminé aux salmonelles (AFVLCS), le groupe aurait écoulé près de 8.000 tonnes de lait potentiellement contaminé à la salmonelle, après les premiers rappels de produit.

Une information que Lactalis « dément et condamne fermement », ajoutant qu’il s’agissait d’accusations « sans fondement ». « Les 8.000 tonnes visées par le Canard Enchaîné ont été fabriquées sur la Tour 2 non-objet de la contamination et conditionnées sur un circuit d’ensachage indépendant. Aussi en toute transparence avec les autorités, ces produits n’étaient pas concernés par le retrait/rappel », a expliqué Lactalis dans un communiqué.

« C’était prendre un risque inutile pour la santé publique »

Selon les révélations du journal et de l’association, cette énorme quantité de produit a été fabriquée dans l’usine de Craon (Mayenne), d’où provenait aussi le lait infantile contaminé à la salmonelle, responsable de l’intoxication de bébés. Ce scandale avait entraîné l'ouverture d'une information judiciaire pour « tromperie et blessures involontaires » contre Lactalis.

« La décision de laisser consommer les 8.000 tonnes de poudre nous a surpris, parce qu’à l’époque on ne savait pas si la tour produisant le lait pour les adultes était elle aussi contaminée. C’était prendre un risque inutile pour la santé publique », a confié au Canard Enchaîné un fonctionnaire de la DGCCRF (direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) qui a requis l’anonymat.

Des stocks écoulés « avec la complicité de l’Etat »

Selon l’hebdomadaire satirique, qui s’appuie sur des « documents fournis par la préfecture de Mayenne » récemment rendus publics, la décision de justice, du 9 décembre 2017, ordonnant le rappel du lait infantile produit à Craon ne concernait pas le lait en poudre pour adultes. Quant à l’association, elle estime que les 8.000 tonnes de lait « non retirées du marché et potentiellement contaminées » ont été écoulées « avec la complicité de l’Etat ».

« Alors que tous les produits infantiles fabriqués à l’usine de Craon depuis avril 2017 ont été retirés et rappelés de la vente, suspectés d’être contaminés aux salmonelles, la poudre de lait fabriquée dans la même usine à la même période et destinée aux préparations industrielles (glaces, pâtisseries etc) a été écoulée sans encombre et sans que quiconque chez Lactalis ne vienne à s’interroger sur sa salubrité », assure l’AFVLCS dans un communiqué.

« Pourquoi les services de l’Etat se sont-ils limités aux produits infantiles ? »

Des documents de la préfecture de Mayenne « révèlent également que de nombreuses salmonelles ont été détectées dans l’environnement de l’usine et dans les produits en 2017, avant même le 1er décembre, écrit encore l’AFVLCS. Ils confirment également des contaminations de l’usine entre 2005 et 2017. »

« Pourquoi les services de l’Etat se sont-ils limités aux produits infantiles ? Pourquoi Lactalis n’a-t-il pas procédé comme pour les produits infantiles aux retraits/rappels de ces produits potentiellement contaminés aux salmonelles ? », s’interroge le président de l’AFVLCS, Quentin Guillemain, dans le même texte.