Fin des menus sans porc: La justice donne encore tort à la mairie de Chalon-sur-Saône

JUSTICE La cour administrative d’appel de Lyon estime ce mardi que les menus de substitution au porc dans les cantines scolaires « ne portent pas atteinte à la laïcité », donnant ainsi tort à la mairie de Chalon-sur-Saône…

J.L.

— 

Photo d'illustration d'une cantine scolaire, en 2017 à Strasbourg.
Photo d'illustration d'une cantine scolaire, en 2017 à Strasbourg. — G. Varela / 20 Minutes

Le retour des menus de substitution au porc dans les cantines scolaires se précise à Chalon-sur-Saône. La cour administrative d’appel de Lyon vient en tout cas de donner tort, ce mardi, à la décision du maire (LR) de la commune de Saône-et-Loire, Gilles Platret, d’avoir supprimé ces menus en 2015. « L’existence de menus de substitution aux plats contenant du porc ne porte pas atteinte aux principes de laïcité et de neutralité du service public », estime ce mardi la justice.

Dans son arrêt, la cour administrative d’appel de Lyon précise également que « la pratique consistant à offrir aux élèves fréquentant les cantines scolaires le choix d’un menu alternatif aux plats contenant du porc n’avait provoqué, pendant 31 années [de 1984 à 2015] aucune difficulté particulière en ce qui concerne l’organisation et le fonctionnement du service public de la restauration scolaire ».

« Un menu de substitution, c’est donner un choix à l’enfant qui, pour des raisons éthiques ou religieuses, ne peut pas manger de viande. Pour nous, c’est un menu végétarien, pas un menu halal », s’est félicité auprès de l’AFP l’avocat Karim Achoui, président de la Ligue de défense judiciaire des musulmans, à l’origine de la procédure.