Cette maison de Villalier, dans l'Aude, ravagée par les inondations a reçu la visite d'Emmanuel Macron le 22 octobre 2018.
Cette maison de Villalier, dans l'Aude, ravagée par les inondations a reçu la visite d'Emmanuel Macron le 22 octobre 2018. — H. Menal - 20 Minutes

RÉPARATIONS

VIDEO. Inondations dans l'Aude: Comment l'Etat va aider (et vite) les particuliers et communes sinistrés

En visite dans l’Aude une semaine après les terribles inondations, Emmanuel Macron a annoncé une batterie d’aides pour la reconstruction., dont un fonds de 80 millions pour rebâtir routes et ponts…

  • Les assurances ne feront pas payer de franchise aux sinistrés de l’Aude.
  • Pour les biens non assurés comme les chaussées et les ponts, Emmanuel Macron annonce un fonds d’urgence de 80 millions d’euros.
  • Un pont de secours va arriver à Villegailhenc.

De notre envoyée spéciale dans l’Aude

« La République, c’est cette vague de solidarité plus forte que toutes les vagues qui ont frappé nos communes ». A Trèbes, devant les élus de l’Aude, les bénévoles et les secours, fatigués par les nuits sans sommeil, le Président de la République s’est fait lyrique mais aussi pratique. Il a détaillé une batterie d’aides et de décisions qui doivent permettre de panser les plaies le plus vite possible.

Les dégâts assurés, sur les maisons et voitures des habitants essentiellement, sont estimés à 200 millions d’euros. Les dommages non assurés, du type routes défoncées et ponts emportés, s’élèvent pour l’heure à 80 millions d’euros.

Pas de franchise pour les particuliers

La dépense tracassait beaucoup les sinistrés. Mais il n’y aura pas de franchise à payer. La Fédération française de l'Assurance en a fait la promesse à Emmanuel Macron.

Autre annonce, pour ceux qui trouvent que l’expert - forcément débordé - tarde à passer chez eux. Le délai pour déclarer un sinistre sur les 126 communes déclarées en état de catastrophe naturelle le 17 octobre passe de dix à trente jours ouvrés. Les victimes ont donc jusqu’au 30 novembre pour déposer leur dossier.

Par ailleurs, d’autres communes du secteur - 70 environ selon l’Elysée - font faire l’objet d’un arrêté de catastrophe naturelle la semaine prochaine. Leurs habitants bénéficieront des mêmes « facilités ».

Enfin, 3.000 entreprises touchées vont bénéficier d’exonérations de charges sociales (Urssaf par exemple) et des dispositifs spéciaux du même type seront mis en place pour les agriculteurs.

Une grosse bouée pour les élus et un pont de secours

La « câlinothérapie » administrée par le chef de l’Etat lundi n’a pas concerné que les habitants. Les élus locaux y ont aussi eu droit. Cette volonté de les tranquilliser passe par l’ouverture d’un fonds d’urgence de 80 millions, soit l’équivalent pour l’instant des dégâts estimés sur les chaussées et pont. Le fonds sera géré par le préfet, au plus près du terrain. Et il pourra arriver que l’Etat rembourse 100 % de la reconstruction d’ouvrage.

Le pont effondré de la commune inondée de Villegailhenc, dans l'Aude, le 15 octobre 2018.
Le pont effondré de la commune inondée de Villegailhenc, dans l'Aude, le 15 octobre 2018. - H. Menal - 20 Minutes

Autre annonce concrète de l’Elysée, un pont de secours - mobile donc - va être acheminé d’ici au 4 novembre à Villegailhenc, pour remplacer l’ouvrage effondré dont les images ont marqué les esprits.

Sébastien Lecornu, ministre en charge des collectivités territoriales, assure aussi que les communes se verront rembourser « à 100 % par l’Etat » les frais de relogement déboursés pour reloger les naufragés.

Des leçons à tirer

Présent aux côtés du Président, Christophe Castaner, le nouveau ministre de l’Intérieur, a été chargé de « faire des propositions » sur les améliorations possibles à apporter à la chaîne d’alerte.

Après la polémique sur le passage tardif en vigilance rouge et l’impossibilité de prévenir les habitants, la bonne vieille sirène d’alerte aurait de nouveau la cote au détriment des nouvelles technologies.