Loiret: Un prêtre visé par une enquête pour «suspicion d'agression sexuelle» s'est suicidé

ENQUETE Une enquête préliminaire pour « suspicion d'agression sexuelle sur mineur de moins de 15 ans » a été ouverte le 21 septembre...

20 Minutes avec AFP

— 

Le prêtre s'est suicidé après l'ouverture d'une information judiciaire (image d'illustration).
Le prêtre s'est suicidé après l'ouverture d'une information judiciaire (image d'illustration). — Olivier Morin / AFP

Un prêtre de 38 ans a été retrouvé pendu dans son presbytère à Gien dans le Loiret. Il faisait l’objet d’une enquête pour « suspicion d’agression sexuelle sur mineur de moins de 15 ans », a-t-on appris ce lundi auprès du diocèse d’Orléans et du parquet de Montargis.

Le corps du Père Pierre-Yves Fumery a été découvert samedi. « C’est un moment d’épreuve tragique et de souffrance », a déclaré ce lundi devant la presse l’évêque d’Orléans Mgr Jacques Blaquart. Selon Mgr Blaquart, des paroissiens avaient alerté la cellule « d’écoute des blessures » du diocèse le 7 septembre. Ils auraient, selon lui, été témoins de « comportements inappropriés envers des adolescents de 13, 14 ans », notamment une « proximité physique », un « comportement pas ajusté avec une jeune fille qu’il a prise dans ses bras et raccompagnée plusieurs fois en voiture ».

Enquête ouverte par le parquet

Aucun des gestes mentionnés n’obligeait à saisir la justice, a précisé l’évêque, qui avait demandé au Père Fumery de « prendre du recul et de se faire accompagner, de quitter Gien quelque temps ». Ce qu’a fait l’intéressé.

Contacté par un correspondant de l’AFP, le procureur de Montargis Loïc Abrial a confirmé qu’une enquête préliminaire pour « suspicion d'agression sexuelle sur mineur de moins de 15 ans » a été ouverte le 21 septembre à la suite d'« informations préoccupantes ». « Le 8 octobre, il est revenu à Gien avec mon accord, mais n’a pas repris ses activités normales », a encore indiqué Mgr Blaquart. « Plusieurs auditions ont eu lieu (…), et le prêtre a été entendu le 15 octobre en qualité de témoin », en l’absence d’infraction pénale matérialisée, précise le magistrat.