#PasdeVague: En tant que professeur, avez-vous aussi été confronté à des violences dans des établissements?

VOUS TEMOIGNEZ Après la diffusion d'une vidéo montrant une enseignante menacée d'une arme par un élève, les profs témoignent de leur vécu difficile sur les réseaux sociaux... 

Nils Wilcke
— 
#PasdeVague : les témoignages souvent très durs de professeurs face aux violences dans les établissements sont partagés sur les réseaux sociaux.
#PasdeVague : les témoignages souvent très durs de professeurs face aux violences dans les établissements sont partagés sur les réseaux sociaux. — LCHAM/SIPA

Cette fois, ils sont bien décidés à se faire entendre. De nombreux enseignants racontent leurs expériences de violences scolaires sur les réseaux sociaux et notamment sur Twitter avec le hashtag #PasdeVague.

En signe de soutien pour l'enseignante menacée d'une arme factice par un élève dont la vidéo a suscité l’émoi ce week-end. Mais aussi pour dire leur ras-le-bol face à ces violences qui empoisonnent leur quotidien. « Scandalisé » par ces images, le ministre de l 'Education nationaleJean-Michel Blanquer promet ce lundi de « rétablir l’ordre » dans les établissements.

Il a annoncé la mise en place d'un comité stratégique avec le ministre de l’Intérieur  Christophe Castaner, sur la question des violences en milieu scolaire. Après l’interdiction du portable au collège, le ministre encourage aussi son interdiction dans les lycées, dans un entretien avec Le Parisien.

>> Vous êtes enseignant ? Vous avez été victime de violences ou vous avez été témoin de violences sur des collègues, que ce soit de la part d'élèves ou de parents ? Quelle a été l'attitude de votre hiérarchie ? Pensez-vous qu’un plan national de lutte contre les violences scolaires peut changer la situation ? L’interdiction des téléphones portables peut-elle aider ? Quelles solutions faudrait-il mettre en œuvre pour en venir à bout, selon vous ?

Vous pouvez témoigner dans les commentaires ou envoyer un mail à temoignez@20minutes.fr. Vos témoignages serviront à la rédaction d’un article. Si vous souhaitez garder l'anonymat, celui-ci sera respecté. Merci d’avance.