Professeure braquée à Créteil: Mounir Mahjoubi dénonce la violence «très inquiétante» des réseaux sociaux

CYBER-HARCELEMENT Pour le ministre, il faut accompagner et former les enseignants pour que « jamais ils ne restent dans le silence » face à la violence…

20 Minutes avec AFP

— 

Mounir Mahjoubi, le 18 juin 2017 à Paris.
Mounir Mahjoubi, le 18 juin 2017 à Paris. — BENJAMIN CREMEL / AFP

Les établissements scolaires doivent être formés face à une nouvelle forme de violence « liée » aux réseaux sociaux, a estimé ce lundi le secrétaire d’Etat au numérique Mounir Mahjoubi sur Europe 1.

« Il y a des nouveaux comportements de violence qui sont liés aux réseaux sociaux, et à la capacité de partager sur les réseaux sociaux », a rappelé le secrétaire d’Etat au numérique, qualifiant le phénomène de « très inquiétant ». « Dans de nombreux établissements, il y a des actes de cyber-harcèlement qui ont remplacé le harcèlement traditionnel et ont remplacé le racket physique », a-t-il poursuivi.

Former et accompagner les professeurs

Le ministre a appelé à trouver « des solutions nouvelles » pour faire face à la situation, et recommandé notamment une meilleure formation des enseignants. « Il faut former » les professeurs, « les accompagner, pour que jamais ils ne restent dans le silence. Il faut qu’ils comprennent que quand cela arrive, rien n’est tolérable », a-t-il dit.

Dimanche soir, un lycéen de Créteil dans le Val-de-Marne a été mis en examen pour «violences aggravées», après son apparition sur une vidéo diffusée sur des réseaux sociaux en train de braquer sa professeure avec une arme factice. La vidéo a suscité l’indignation de la classe politique, jusqu’au sommet de l’Etat, le président Emmanuel Macron demandant aux ministres de l’Intérieur et de l’Éducation de prendre toutes les mesures pour que ce type de d’incident ne se reproduise pas.