Plus de deux Français sur trois craignent la pauvreté au moment de la retraite

SONDAGE Près d'un actif sur deux pense qu'il n'aura pas droit à la retraite...

L.Br.

— 

Les personnes interrogées ont peur de ne jamais toucher de retraite.
Les personnes interrogées ont peur de ne jamais toucher de retraite. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

La retraite est source d’inquiétude pour plus de la moitié des Français, selon l’enquête « Parlons retraites » menée par la CFDT et publiée par Franceinfo ce jeudi.

Plus de 120.000 personnes ont confié à la confédération syndicale leurs aspirations et leurs craintes à propos de la retraite. Plus de la moitié (56 %) se disent inquiètes en pensant à cette période de leur vie. Pire : près d’un actif sur deux estime qu’il n’y aura pas droit. Les moins de 35 ans sont les plus perplexes : deux tiers d’entre eux pensent qu’ils ne toucheront pas de pension.

Plus de solidarité

Ce sondage montre par ailleurs que les Français tiennent au système par répartition : 75 % des personnes interrogées se disent fières de payer la retraite de leurs aînés. Mais ce système ne rassure pas les sondés : 65 % d’entre eux ont peur de la pauvreté pendant leur retraite : 26 % pensent par exemple qu’ils devront quitter leur logement.

Face à la réforme des retraites qui s’annonce, les sondés plaident pour plus de solidarité : les trois quarts refusent le chacun pour-soi en la matière et 55 % défendent une retraite plus solidaire, notamment envers les femmes, désavantagées pendant leur carrière.

Et pour la réforme à venir, le gouvernement va devoir faire de la pédagogie : seul un quart des répondants affirme bien connaître le système de retraites actuel.

 

L'enquête «Parlons retraites» a été réalisée entre le 12 juin et le 29 août 2018. Plus de 120.000 personnes y ont répondu. Les données ont été redressées et analysées par une équipe de chercheurs en sciences sociales du CEET (Centre d’étude de l’emploi et du travail) afin de rendre l’échantillon plus semblable à la population française (sexe, âge, appartenance syndicale et niveau d’étude).