Intempéries dans l’Aude: A Trèbes, «on dirait qu’il y a eu la guerre»

REPORTAGE A Trèbes, un jour après les inondations qui ont touché le département de l'Aude, c’est de la boue et encore de la boue, des sanglots et des scènes de désolation…

Hélène Ménal, envoyée spéciale à Trèbes

— 

Le village de Trèbes tente de se remettre après les inondations du 15 octobre 2018.
Le village de Trèbes tente de se remettre après les inondations du 15 octobre 2018. — H. Menal - 20 Minutes

Voitures enchevêtrées, portes et haies défoncées, patrouilles des paras de Carcassonne. « On dirait qu’il y a eu la guerre », souffle Bruno, un jour après les inondations qui ont touché l'Aude. Avec son épouse Véronique, cet habitant de Trèbes s’est aventuré ce mardi matin dans le quartier dévasté de l’Aiguille.

Ils sont à la recherche de leur voiture qui baigne dans un garage de location. « Je dois la prendre en photo pour l’assurance. Sans photo, pas de voiture de prêt », explique le Trébéen.

Ils avancent prudemment, à pied, font des détours pour cause de rues barrées, de tas de tôle et d’amas improbables.

Et, inévitablement, ils croisent des connaissances. Comme ce couple qui sanglote devant sa maison : « j’ai tout perdu, une vie de travail », dit Claude. Sa compagne tient à la main des papiers mouillés, à l’encre qui bave, elle essaie de se retrouver dans ses différentes assurances.

La vision du dentier qui part en flottant

Bruno arrive à son garage. Sa Renault Captur « neuve » n’est plus qu’un tas de boue. Plus loin une famille discute tout en déblayant.

« Ce sont les petites choses les plus emmerdantes », entend-on tonner. Petites choses ? « Ma mère âgée a perdu ses dents, la dernière fois qu’elle les a vues, elles étaient dans un bol qui flottait. Je connais une autre mémé qui cherche ses pantoufles. Il vaut mieux penser à ces choses du quotidien qu’à tout le reste… ».

A 200 mètres de là, un couple avec des bottes en caoutchouc toutes neuves tente d’ouvrir sa propre maison avec un pied-de-biche. « On ne sait pas encore ce qu’on va trouver derrière », glissent les propriétaires.

En ce mardi matin, le pont de Trèbes est bloqué à toute circulation. Dans le village, les engins de chantier déblayent la boue et les carcasses. Et la pluie recommence à tomber, très fort, sur Trèbes.