Saint-Brieuc: Les 120 médecins de l'hôpital démissionnent

RAS LE BOL Ils dénoncent notamment le mode de gouvernance et les projets à venir de l'hôpital...

C. Ape.

— 

Illustration d'un accueil aux urgences.
Illustration d'un accueil aux urgences. — C. Allain / 20 Minutes

C’est « une première dans l’histoire de l’hôpital ». Les 120 médecins et chefs de service de la Commission médicale d’établissement (CME) de l’hôpital de Saint-Brieuc ont tous démissionné en même temps, indiquait vendredi Ouest-France.

Les revendications des médecins portent sur le mode de gouvernance, les projets à venir de l’hôpital, le non-remplacement des CDD et la construction d’un pôle ambulatoire dont le coût s’élève à 25 millions d’euros.

Dialogue rompu

C'est « une première dans l’histoire de l’hôpital, qui nous laisse un sentiment de grande tristesse. Cela montre que notre hôpital ne va pas bien », avoue un chef de pôle. 

« Dans les services, on reprochait un peu (aux médecins) de cautionner les décisions de la direction, précise à Ouest-France le médecin urgentiste et délégué de l’association des médecins urgentistes de France (Amuf), Christian Brice. Leur acte marque un tournant. Aujourd’hui, la direction n’a donc plus d’interlocuteurs, le dialogue est rompu ».

Cette démission collective a déclenché une enquête de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS). Elle pourrait durer plusieurs mois. « L’agence régionale de santé (ARS) craint que cela fasse tâche d’huile dans les autres hôpitaux en souffrance. L’ARS nous a proposé une médiation que nous avons refusée. Nous, nous réclamons un diagnostic sur la gouvernance », explique un chef de service.