VIDEO. Carburants: Une nouvelle signalétique européenne entre en vigueur à la pompe

CHANGEMENT Les nouvelles étiquettes seront déployées dans les 28 États membres de l’UE, les pays de l’EEE (Islande, Liechtenstein et Norvège), ainsi que la Macédoine, la Serbie, la Suisse et la Turquie...

20 Minutes avec AFP

— 

A la pompe, la signalétique va changer ce vendredi.
A la pompe, la signalétique va changer ce vendredi. — PHILIPPE HUGUEN / AFP

Vous avez fait un plein de carré, cercle ou losange ? Les discussions pourraient ressembler à ça dès ce vendredi dans les stations essences avec le remplacement des étiquettes à la pompe. La signalétique change dans toute l’Europe, pour une meilleure identification des carburants dans l’Union européenne. Mais pas de panique : les anciennes étiquettes restent en place pour éviter la confusion.

D’Helsinki à Palerme, l’essence est désormais représentée par un cercle, avec à l’intérieur la lettre « E » traduisant sa teneur en biocarburant : E5 (pour le super sans plomb 95 ou 98), E10 (pour le super SP95-E10) ou E85 (superéthanol). Le gazole sera identifié par un carré, avec la lettre B suivie de la teneur en biocarburant : B7 (le diesel le plus courant), B10 ou XTL (pour le diesel synthétique). Enfin, les combustibles gazeux seront figurés par une forme de diamant et une inscription à l’intérieur : LNG (GNL), H2 (pour l’hydrogène) etc.

En complément de la signalétique française

Cette signalétique sera présente sur les véhicules neufs, à proximité du bouchon à carburant, ainsi que dans les stations-service. Mais, insistent les professionnels, elle ne se substituera pas aux étiquettes actuelles, auxquelles sont habitués les automobilistes. « Les nouvelles étiquettes viendront en complément des indications actuelles sur les carburants », souligne Francis Duseux, président de l’Union française des industries pétrolières (UFIP).

Concrètement, « les pompes restent exactement comme elles sont aujourd’hui, avec des stickers jaunes par exemple pour le gazole. On va juste adjoindre en dessous la norme européenne », confirme à l’AFP Francis Pousse, du Conseil national des professions de l’automobile (CNPA). « En aucun cas ce n’est le nom des carburants qui change », insiste Francis Pousse, par ailleurs propriétaire-exploitant d’une station Esso près du Mans.

« L’objectif, qui est assez sain, c’est de faciliter la vie des gens qui voyagent beaucoup et qui en traversant plusieurs pays trouvent des affichages complètement différents », rappelle à l’AFP Francis Duseux. Les nouvelles étiquettes seront déployées dans les 28 États membres de l’Union européenne, les pays de l’EEE (Islande, Liechtenstein et Norvège), ainsi que la Macédoine, la Serbie, la Suisse et la Turquie.