Strasbourg: Contre le stationnement gênant et le non-respect des sas vélos, la vidéo-verbalisation arrive en ville

POLICE Pour le stationnement gênant, la circulation dans les voies bus et l’arrêt dans les sas vélo aux feux rouges, Strasbourg va utiliser la vidéo-verbalisation dans une phase de test dès la fin de l’année…

Bruno Poussard

— 

Une caméra de vidéo-surveillance dans l'Eurométropole de Strasbourg. Illustration
Une caméra de vidéo-surveillance dans l'Eurométropole de Strasbourg. Illustration — G . VARELA / 20 MINUTES
  • Pour renforcer la lutte contre l’insécurité routière, Strasbourg va utiliser la vidéo-verbalisation dans une phase de test dès la fin de l’année.
  • Trois infractions seront ciblées : le stationnement gênant, la circulation dans les voies bus et enfin l’arrêt dans les sas vélo aux feux rouges.

En août 2015, une cycliste de 25 ans est décédée en circulant sur une bande cyclable sur la route de son travail, avenue de Colmar à Strasbourg (Bas-Rhin). Forcée de se déporter par un véhicule garé sur sa voie, elle a été happée par un poids lourd.

Face à ce drame et à l’augmentation d’accidents de piétons, cyclistes ou véhicules légers, la ville veut aller plus loin en matière de lutte contre l’insécurité routière. En utilisant la vidéo-verbalisation dès la fin de l’année, si la délibération est votée en conseil municipal le 15 octobre.

Des amendes de 130 à 35 euros derrière l’écran

Au cours de plusieurs mois de test, seules trois infractions seront ciblées sur des véhicules arrêtés. Le stationnement gênant, la circulation dans les voies bus (toutes deux à 130 euros d’amende ou 90 en tarif minoré) et l’arrêt dans les sas vélo aux feux rouges (35 euros d’amende). Mais l’expérimentation concernera seulement une poignée de secteurs de la ville couverts par les 180 caméras du service de gestion du trafic routier de l’Eurométropole (Sirac).

Sur la ville de Strasbourg, il y a déjà 180 caméras dédiés au trafic qui pourront être utilisées pour vidéo-verbaliser.
Sur la ville de Strasbourg, il y a déjà 180 caméras dédiés au trafic qui pourront être utilisées pour vidéo-verbaliser. - G . VARELA / 20 MINUTES

Derrière l’écran, des policiers municipaux formés à un logiciel dédié pourront rédiger leurs PV à distance, avec les images comme preuves. Avant, un comité de suivi sera néanmoins installé pour cibler notamment les zones sensibles (pour le risque d’accident ou la gêne). Et si les lieux retenus ne seront pas dévoilés, l’ensemble des secteurs couverts par les caméras seront, eux, signalés par des panneaux.

En parallèle de l’utilisation des caméras (jusqu’ici dédiés au trafic) à but répressif dans l’hypercentre et des quartiers périphériques, d’autres infractions seront ciblées par le travail de terrain des policiers municipaux. « L’objectif est de permettre l’amélioration du déploiement des agents, vers les amendes pour les cyclistes ou la tranquillité urbaine, par exemple », complète Jean-Baptiste Mathieu, conseiller municipal chargé de la sécurité.