Chasse à courre: Des policiers se plaignent de devoir protéger «les ''véneries'' de quelques aristocrates»

SURVEILLANCE Les forces de l'ordre ont été une nouvelle fois mobilisées ce samedi en forêt de Compiègne pour éviter les débordements entre les veneurs et leurs opposants...

20 Minutes avec agences
— 
Chasse à courre (illustration).
Chasse à courre (illustration). — P.Schillo / AFP Photo

La chasse à courre est ouverte depuis le 15 septembre et jusqu’au 31 mars. Pour des policiers de l’Oise, cela pose un problème. Le syndicat policier Alliance dénonce la mobilisation des effectifs de police ce samedi en forêt de Compiègne pour éviter des débordements entre les chasseurs et les opposants.

« Les policiers sont détournés de leur cœur de métier pour renforcer les équipages des ''véneries'' de quelques aristocrates ! », dénonce le tract du syndicat. Les policiers ont en effet dû patrouiller dans la « petite » zone police de la forêt – le reste étant de la compétence des gendarmes – à cause du risque d’incidents.

« On est submergés de travail »

La saison dernière déjà, des policiers avaient été mobilisés à cause de tensions entre chasseurs et militants d’Abolissons la vénerie aujourd’hui (AVA). « Il manque déjà 20 effectifs dans le département. On nous envoie faire des tâches indues, on est submergés de travail », s’insurge Julien Soir, délégué du syndicat. « Je ne dis pas que ce n'est pas l’une de nos missions, […] mais pendant ce temps-là, les policiers ne patrouillent pas sur leur secteur respectif. »

« On ne préempte pas d’effectifs sur des circonscriptions pour les focaliser sur la gestion de la chasse à courre au détriment de la sécurité des personnes et des biens de ces circonscriptions », a précisé de son côté la préfecture. « Le dispositif n’est pas un dispositif particulier, il s’inscrit dans une mission d’intérêt général de gestion de l’ordre public. Il n’y avait pas de policiers en statique, c’est un dispositif adaptable, de veille. »