Guadeloupe: Plus d'une retraite sur trois comporte une erreur selon la Cour des Comptes

RETRAITE En Guadeloupe, mais aussi en Martinique et en Guyane, les caisses de Sécurité sociale « versent une grande partie de leurs prestations dans des délais excessifs ou pour des montants erronés »…

20 Minutes avec agences

— 

La Cour des Comptes (illustration).
La Cour des Comptes (illustration). — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

La fréquence des erreurs est « deux à trois fois plus élevée que la moyenne nationale, elle-même insatisfaisante ». En Guadeloupe, plus d’une pension de retraite sur trois payée par la Caisse de Sécurité sociale comporte une erreur financière en faveur ou au détriment des retraités dévoile ce jeudi la Cour des Comptes dans son rapport annuel sur la Sécurité sociale.

C’est également le cas pour plus d’une retraite sur quatre en Guyane et en Martinique. La Cour des Comptes pointe ainsi les « défaillances » des caisses de Sécurité sociale de ces trois territoires, qui « versent une grande partie de leurs prestations dans des délais excessifs ou pour des montants erronés ».

586 millions d’impayés

« Le recouvrement des prélèvements sociaux est défaillant », note aussi la Cour des comptes. « Fin mars 2018, 586,1 millions d’euros de prélèvements exigibles en 2017 restaient impayés, soit 17,3 % du total des prélèvements exigibles auprès des Caisses de la Guadeloupe, de la Guyane et de la Martinique ». En 2017, la collecte dans ces départements d’Outre-Mer représentait moins de 1 % du flux national des prélèvements sociaux. Mais ces trois caisses « concentraient 11,3 % du total des impayés de l’année ».

Par ailleurs, « les 4,1 milliards d’euros de créances accumulées par les trois caisses représentaient, fin 2017, 14,9 % du stock national des créances sur les cotisants », ajoute la Cour.

Mutualiser les activités entre les trois caisses

Celle-ci invite les trois caisses à « un redressement impératif », proposant notamment de recentrer leurs missions « sur la gestion des prestations (maladie - maternité, accidents du travail et maladies professionnelles et retraites) ». Elle préconise aussi de « créer une Urssaf commune à la Guadeloupe, à la Guyane et à la Martinique », et de « mutualiser » certaines activités entre elles.

Enfin, la Cour des Comptes recommande des réorganisations internes et un soutien plus efficace des organismes nationaux de Sécurité sociale à l’exercice de leurs missions.