Les infos immanquables du jour: Affaire Marie Laguerre, «Partageons la ville avec les rats» et malformations congénitales

ACTU Ce qu'il ne fallait pas manquer dans l'actualité de ce jeudi 4 octobre... 

Armelle Le Goff

— 

Marie Laguerre, étudiante de 22 ans.
Marie Laguerre, étudiante de 22 ans. — ALAIN JOCARD / AFP

Que vous soyez de Gênes ou de Naples, c’est l’heure des immanquables.

L’article le plus lu du jour : L’agresseur de Marie Laguerre condamné à six mois de prison ferme

L’homme qui avait giflé une femme dans la rue, mais sous les caméras de surveillance d’un restaurant, a été condamné ce jeudi après midi à six mois de prison ferme. En juillet dernier, Marie Laguerre a été agressée par un homme dont elle a refusé les avances. Le procès, qui devait se tenir fin août, a été renvoyé après que le tribunal a demandé une expertise psychiatrique. Un article à retrouver par ici. 

L’article le plus partagé du jour : «Arrêtons le massacre et partageons la ville avec les rats», clame une association

Fumigènes, appâts, produits anticoagulants, raticides, nasses, gaz carbonique, stérilisation, applications ou encore pièges au Pastis… Depuis plusieurs mois, les idées et initiatives pour éradiquer les rats dans la capitale fleurissent. Présentée comme un « fléau » ou une « urgence sanitaire » par des élus ou syndicats, la présence des rats dans les rues, parcs et métro, inquiète. « La nuit c’est Rat land, ils sont chez eux. Ils se baladent librement entre le cinéma, les restaurants et les rues aux alentours. Impossible de les louper ! », témoignait récemment auprès de 20 Minutes, Marie, habitante de la région parisienne. Plus d'infos dans cet article de Romain Lescurieux par là. 

 

L’article le plus à lire du jour : Santé Publique France ne lève pas le mystère des bébés nés sans bras

Des questions, mais pas vraiment de réponses. Lors d’une conférence de presse, Santé Publique France, l’agence nationale de santé, qui dépend du ministère, a tenté de lever ce jeudi les multiples doutes qui planent sur l’affaire des bébés nés sans main et sans bras.

Retour sur les faits : depuis une semaine, les médias se font l’écho d’une affaire dramatique. Entre 2009 et 2014, sept bébés sont nés sans bras ou sans main autour d’un même village de l’Ain, selon un rapport du registre des malformations congénitales de Rhône-Alpes (Remera) publié cet été. Et deux autres zones seraient concernées par ce même phénomène : la Bretagne et les Pays-de-Loire. Fruit du hasard ou d’une exposition à des pesticides ou des médicaments ? L’agence a tenté de répondre à certaines questions. Un article à lire ici.