VIDEO. Arrestation de Redoine Faïd: Les images tournées dans l'appartement du braqueur

TRAQUE Sans scellés sur la porte, plusieurs médias sont rentrés à l'intérieur, en l'absence des policiers...

M.C.
— 
L'appartement de Creil dans lequel Redoine Faïd a été interpellé
L'appartement de Creil dans lequel Redoine Faïd a été interpellé — STF/AFP

Des brosses à dents sur un lavabo, une télévision sur une commode, des œufs et de l’huile d’olive sur une étagère. Des images apparemment sans intérêt, diffusées par plusieurs médias nationaux mercredi. Plus étonnant, elles viennent de l’appartement de Creil (Oise) où se cachait le braqueur Redoine Faïd, tournées après son arrestation à l’aube, comme en témoignent des vêtements éparpillés sur le sol ou un canapé retourné.

Après le départ des policiers vers 6h30 du matin, la porte est semble-t-il restée ouverte, donnant un accès sans réserve aux curieux et aux médias. « Le dispositif de police était présent jusqu’à 6h45 », puis « tous les policiers » ont quitté les lieux, décrit le journaliste Rémy Buisine, qui a réalisé une vidéo de 25 minutes dans l’appartement puis devant la porte, diffusée en direct sur la page Facebook de Brut. « On est rentrés à l’intérieur de l’appartement tout à fait librement. Il n’y avait aucun policier, aucun scellé sur la porte ».

Au bout de quelques minutes, plusieurs policiers reviennent dans l’appartement et ferment la porte, bloquant la vue de la dizaine de journalistes présents sur le palier.

Redoine Faïd, 46 ans a été présenté dans la journée aux trois juges d’instruction de la JIRS (juridiction interrégionale spécialisée) de Paris, compétente dans les affaires de criminalité organisée. En vertu du mandat d’arrêt émis à son encontre, il a été mis en examen notamment pour « évasion en bande organisée », « enlèvement et séquestration en bande organisée », « association de malfaiteurs en vue de la commission de crimes » et pour « transport d’armes ou d’engin explosif », a détaillé une source judiciaire mercredi dans la soirée.

Le célèbre braqueur devait être incarcéré dans la prison de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais), ouverte en 2015 et l’une des plus sécurisées de France, selon la Chancellerie.