VIDEO. Marseille: Une aide-soignante devant la police après avoir dénoncé des actes de maltraitance dans un Ehpad

SOCIETE Une ancienne aide-soignante d’un Ehpad marseillais était entendue après avoir dénoncé dans un reportage des actes de « maltraitance institutionnelle »…

Mathilde Ceilles

— 

Illustration d'une maison de retraite.
Illustration d'une maison de retraite. — SUZAN THIERRY/SIPA
  • Des aides-soignantes affirment publiquement depuis plusieurs mois être témoin d’actes de maltraitance au sein d’un Ehpad marseillais.
  • Le groupe Korian a porté plainte contre X après la diffusion d’images de vidéosurveillance.
  • Les aides-soignantes affirment qu’il s’agit de mesures de représailles.

Une quantité de nourriture insuffisante pour chaque résident de la maison de retraite . Un manque de moyens qui se ressentirait au quotidien dans leurs prises en charge. Depuis plusieurs mois, quatre aides-soignantes de Marseille affirment publiquement avoir été témoins de maltraitance institutionnelle au sein des maisons de retraite dans lesquelles elles officiaient.

Licenciée après une interview à France Culture, l’une d’entre elles, Isma, était entendue ce mardi par la sûreté départementale, dans le cadre d’une plainte contre X pour recel, abus de confiance et atteinte à la vie privée, déposée par Korian, qui détient l’Ehpad Les Parents dans laquelle elle travaillait. Au cœur du litige, des images de vidéosurveillance enregistrées au sein de l’établissement et diffusées dans Pièces à conviction dans un reportage intitulé Maisons de retraite : les secrets d’un gros business.

« Une mesure de représailles »

« On pense que c’est clairement une mesure de représailles à la médiatisation de ce dossier, avance Me Voraz, avocate d’Isma. C’est dans la droite ligne des menaces proférées par Korian, disant qu’il y aurait des poursuites pénales à chaque prise de parole dans les médias. »

Un rassemblement à l’initiative de la CGT ​s’est déroulé devant les locaux de la police en guise de soutien envers l’aide-soignante, pendant son audition. « On a été licenciées en même temps pour les mêmes faits, témoigne Hella, une autre aide-soignante ayant témoigné dans les médias aux côtés d’Isma. C’est mon amie, ma collègue. Sa convocation, c’est la mienne. »

« Même plus le temps de discuter »

Hella a en effet été remerciée pour avoir, selon elle, « demandé une couche supplémentaire pour une patiente, et ainsi dépassé ma dotation journalière de trois couches par résident. » Et d’affirmer : « Isma est convoquée en guise d’avertissement envers les autres aides-soignantes, pour qu’elles ne parlent pas. Mais on se bat pour les résidents. Quand vous devez vous occuper de 12 résidents entre 8 h et midi, vous avez à peine le temps de les changer et les faire descendre pour le repas. Même plus le temps de discuter. Alors, ça devient de la maltraitance institutionnelle. »

« Nous protégeons l’intimité et la vie de nos résidents, et nous avons porté plainte dans ce cadre, explique Me Reinhart, avocat de Korian. Ces images représentant des personnes fragiles n’avaient pas à être diffusées. On ne cherche pas à museler, on demande un minimum de respect. » Une audience devant les prud’hommes est prévue courant novembre, les aides-soignantes contestant leur licenciement.

​​​​