L'achat de tampons serviettes représente pour certaines femmes un achat mensuel trop lourd.
L'achat de tampons serviettes représente pour certaines femmes un achat mensuel trop lourd. — A. Boumediene / 20 Minutes

SANTE

Précarité menstruelle: Comment fait-on quand on n'a pas de quoi acheter serviettes et tampons?

Encore peu connue, la précarité menstruelle touche pourtant de nombreuses femmes, étudiantes, travailleuses précaires et femmes sans abri, qui n’ont pas toujours les moyens d’acheter les protections hygiéniques dont elles ont besoin pendant leurs règles…

  • Alors que le tabou des règles se brise tout doucement, la notion de précarité menstruelle émerge dans le débat public.
  • La précarité menstruelle concerne les femmes, étudiantes, travailleuses précaires et femmes sans abri, qui n’ont pas les moyens d’acheter leurs protections hygiéniques dont elles ont besoin pendant leurs règles.
  • Heureusement, des initiatives ont vu le jour pour lutter contre la précarité menstruelle.

« Je viens d’avoir mes règles et le premier truc que je me suis dit c’est : putain j’ai pas d’argent (toujours pas reçu ma bourse) je vais encore devoir taxer les serviettes de ma grande sœur ». Début septembre, une étudiante faisait part de son désarroi sur Twitter, partageant une situation qu’elle est loin d’être la seule à vivre.

Un phénomène qui porte un nom : la précarité menstruelle, qui touche étudiantes, travailleuses précaires et femmes sans abri. Si l’Ecosse s’est attaquée à cette problématique en distribuant gratuitement dans les universités des protections hygiéniques aux étudiantes qui n’ont pas les moyens de s’en acheter, ce type de mesure n’a pas d’équivalent en France. Certes, la TVA appliquée aux protections hygiéniques est passée de 20 % à 5,5 % en 2016, mais dans les rayons, la baisse des prix n’a pas été au rendez-vous. Heureusement, des initiatives ont vu le jour pour lutter contre la précarité menstruelle.

Un coût lourd à supporter quand on a un budget très serré

Une boîte de tampons pour le jour, un paquet de serviettes pour la nuit, sans compter les éventuels médicaments antidouleur : quand chaque euro compte, avoir ses règles n’est plus seulement une rengaine mensuelle un peu pénible, cela devient un luxe pour lequel il est difficile de s’équiper, et une vraie galère. « J’ai trois filles, et nous avons toutes des règles hémorragiques, témoigne Sonia. Résultat, ça me coûte 25 euros chaque mois rien qu’en achat de serviettes hygiéniques ». Un coût auquel beaucoup ces femmes ont du mal à faire face. « Ma petite amie et moi sommes étudiants et les protections hygiéniques représentent un budget important auquel elle doit faire face, mais elle n’a pas le choix, explique Quentin. Elle n’a ni job étudiant, ni aides au logement, seulement la rémunération de son stage. Du coup, on sacrifie parfois des sorties pour équilibrer le budget en fin de mois et lui permettre de s’acheter des protections hygiéniques de qualité ».

Pour Macha, une internaute, il n’y a pas de doute, « les protections hygiéniques sont trop chères. Certaines sont obligées de bricoler leurs protections avec du papier toilette, des mouchoirs ou de vieux vêtements. D’autres ne changent pas leurs protections assez souvent faute d’avoir pu en acheter suffisamment, regrette-t-elle. Des femmes qui n’ont pas accès aux coupe et culotte menstruelles réutilisables qui pourrait leur convenir, parce qu’elles sont trop chères à l’achat, bien qu’économiques à long terme ».

Des solutions pour les étudiantes

A la faculté de Paris-Diderot à Paris, l'épicerie solidaire étudiante AGORAé offre aux étudiants en fragilité financière la possibilité de venir faire leurs courses à petits prix. Fruits, légumes, produits d’épicerie et d’hygiène : tout est vendu à 10 % de son prix, ce qui permet aux étudiants qui bénéficient de ce dispositif de repartir avec un plein de courses pour moins de 5 euros. Pourtant, « on n’a pas trop de demandes de protections hygiéniques de la part des étudiantes qui viennent faire leurs courses ici », indique Alix De Faucal, étudiante en orthophonie et bénévole à l’AGORAé Paris. Sans doute parce que la question touche trop à l’intime, car ce silence ne signifie en aucun cas qu’elles ne sont pas confrontées à la précarité menstruelle. « A chaque fois que nous proposons des protections hygiéniques à l’épicerie, tout part vraiment très vite », raconte l’étudiante bénévole. Si AGORAé ne peut en proposer « que lorsque la banque alimentaire et les partenaires qui nous livrent nous en donnent, nous organisons aussi des journées de collectes de produits d’hygiène, durant lesquelles nous sollicitons des dons de protections périodiques afin de pouvoir proposer plus souvent ce type de produits de première nécessité », explique Alix de Faucal.

Consciente que les règles constituent un enjeu de la santé des femmes au quotidien, la LMDE, mutuelle étudiante, s’est emparée de la question. Depuis quelques mois, elle propose à ses adhérentes le remboursement de leurs protections hygiéniques à hauteur de 20 à 25 euros par an. Serviettes, tampons, coupe menstruelle ou culotte de règles, l’étudiante choisit les protections qui lui conviennent et envoie son ticket de caisse à la LMDE pour être remboursée.

Un réseau d’aide pour les femmes mal-logées

Quand on est sans abri, coupes et culottes menstruelles sont difficilement envisageables quand l’achat de serviettes et de tampons est déjà difficile. C’est de ce constat qu’est née l’association Règles Elémentaires. « Nous avons commencé par quelques collectes, puis contacté les grandes associations de solidarité pour faire une sorte d’état des lieux, et là nous avons constaté qu’il y avait un vide complet sur le terrain de la précarité menstruelle, raconte Laurie Autret, secrétaire générale de l’association. C’est alors que nous avons développé l’action de l’association. Aujourd’hui, Règles Elémentaires distribue environ 200.000 produits par an à environ 20.000 femmes. Mais il y a un effet boule de neige, la demande explose tant le besoin est criant : il faudrait en collecter le double pour répondre à la demande ».

Et l’association ne compte pas s’arrêter là. « Nous voulons développer encore notre réseau de distribution en Ile-de-France, mais aussi à l’échelle nationale, dévoile Laurie Autret. Nous avons également pour projet de développer la mise à disposition de protections hygiéniques réutilisables – coupe et culotte menstruelles, serviettes lavables — aux femmes qui ont accès à un point d’eau. Pour cela, nous collectons des échantillons gratuits de ces produits et nous souhaitons organiser des ateliers au sein des structures d’accueil, durant lesquels nous expliquerons le fonctionnement de ses protections tout en assurant un bilan au bout de trois mois pour s’assurer que tout se passe bien pour les femmes qui essaient ces nouvelles protections ». Et parce que toute aide est la bienvenue, « nous avons placé des boîtes à dons dans certaines mairies parisiennes, où chacun peut venir déposer des paquets de tampons, serviettes, lingettes intimes et gel lavant, ajoute Laurie Autret, ou faire un don directement sur le site de l’association ».

Avec une durée d’utilisation d’environ 5 ans, les protections réutilisables sont une solution intéressante, à condition d’avoir accès à de bonnes conditions d’hygiène. « Un simple rinçage à l’eau de ce type de protections ne suffit pas, et leur utilisation requiert l’accès à de bonnes conditions d’hygiène pas évidentes quand on est sans logis », confirme le Dr Jean-Marc Bohbot, gynécologue et infectiologue à l’Institut Alfred Fournier à Paris. Durant les règles, « le microbiote vaginal est modifié, il a moins de défenses et il est donc plus sensible aux risques d’infections de type mycose, vaginose, sans oublier le syndrome du choc toxique, détaille-t-il. Il est donc primordial d’avoir une bonne hygiène intime, prescrit-il. De se laver matin et soir avec un savon doux et de changer de protection interne ou externe toutes les 4 heures maximum lorsque le flux est abondant ».