Pas-de-Calais: La structure du viaduc d’Echinghen est «gravement altérée»

INFRASTRUCTURES Une liste publiée par le ministère des transports pointe deux ponts nécessitant « une intervention urgente ». L'un se trouve dans le Pas-de-Calais et l’autre dans les Bouches-du-Rhône…

Mikael Libert

— 

Le viaduc d'Echinghen, sur l'A16.
Le viaduc d'Echinghen, sur l'A16. — Google maps

Ce mercredi, le ministère des Transports a publié une liste récapitulant l’état de l’entretien de plus de 160 ouvrages d’art sur le réseau routier national (RNN). La ministre, Elisabeth Borne, avait promis de rendre public cet état des lieux après l' effondrement du viaduc de Gênes, en Italie au mois d’août. Dans cette liste, on retrouve un seul pont classé dans la pire catégorie et il se trouve… dans le Pas-de-Calais.

« Ouvrages dont la structure est gravement altérée »

Sur tous les ponts de plus de 7.000 m2 du RNN, un seul remporte le triste label « 3U ». Cela signifie « ouvrages dont la structure est gravement altérée et nécessite une intervention urgente avec l’établissement d’un programme de travaux de réparation liés à l’insuffisance de capacité portante de l’ouvrage ou à la rapidité d’évolution des désordres », selon la définition du ministère. Les services d’Elisabeth Borne ajoutent néanmoins que « cette classification ne traduit pas de risque de sécurité ».

Le mauvais élève est donc le viaduc d’Echinghen, sur l’A16, mis en service en 1998 et géré par les sociétés d'autoroutesSanef et SAPN. Avec ses plus de 24.000 m2 de surface, c’est le plus grand pont de l’ancienne région Nord-Pas-de-Calais. Pas de quoi s’alarmer pour autant selon le ministère, qui affirme que cet ouvrage « a fait l’objet de premiers travaux de réparation pérennes à l’automne 2017, et des travaux complémentaires sont actuellement programmés ». Il est précisé que « l’ensemble des travaux devrait s’achever à la fin de l’année 2019. »

Dans les Bouches-du-Rhône, à Martigues, le viaduc de Caronte vient tout juste de perdre sa classification 3U suite au passage d’un comité d’experts en avril dernier. Le ministère annonce qu’il « a fait l’objet de travaux, qui se poursuivent ».