Une ligne d’écoute bientôt mise en place pour aider les pédophiles à ne pas «craquer»

SANTE La Fédération française des Centres de ressources pour les intervenants auprès des auteurs de violences sexuelles (FFCRIAVS) doit l’annoncer, ce mercredi, à l’occasion de son congrès à Lille…

Vincent Vantighem

— 

Les parents d'Angélique, violée et tuée par un pédophile récidiviste en mai dans le Nord, défilent lors d'une marche blanche en hommage à leur fille.
Les parents d'Angélique, violée et tuée par un pédophile récidiviste en mai dans le Nord, défilent lors d'une marche blanche en hommage à leur fille. — AFP
  • La FFCRIAVS est une association luttant contre les violences sexuelles.
  • Elle doit annoncer la mise en place d’une ligne d’écoute pour pédophiles.
  • Le but est d'orienter les appelants en détresse vers des centres de soins.
  • Ce numéro de téléphone unique devrait être créé pour le mois de juin 2019.

Patrick* « ne rejette la faute sur personne ». Il estime d’ailleurs que « [ses] 5 ans de prison étaient justes ». Mais, ce pédophile dont 20 Minutes a recueilli le témoignage, ne peut pas s’empêcher de penser que « [son] histoire aurait été différente » si on avait su l’écouter quand il en a eu besoin. « J’ai cherché de l’aide avant de craquer et de transgresser mon instinct sexuel à l’égard des enfants. (…) Si l’on m’avait orienté vers les bons apprentissages, cela aurait fait deux victimes et cinq ans de prison en moins… »

Mathieu Lacambre n’en peut plus d’entendre ce genre d’histoires. A la tête de la Fédération française des Centres de ressources pour les intervenants auprès des auteurs de violences sexuelles (FFCRIAVS), ce psychiatre œuvre, chaque jour, « pour une meilleure prévention, prise en charge et compréhension des violences sexuelles », selon les termes de la mission de service public qui lui a été confiée.

D’après nos informations, il doit formuler, jeudi, 35 propositions en ce sens à l’occasion des journées nationales de la FFCRIAVS qui se tiennent à Lille (Nord). Parmi elles, la mise en place d’une ligne d’écoute à destination des pédophiles qui redoutent d’agresser des enfants est sans doute celle qui fera le plus parler d’elle.

De l’aide sur mesure avant qu’ils n’agressent des enfants

« Concrètement, nous allons ouvrir un numéro de téléphone unique destiné à recevoir les appels des gens qui ont une attirance pour les enfants, résume Mathieu Lacambre. Il s’agit d’aider les pédophiles avant qu’ils ne passent à l’acte, avant qu’ils n’agressent des enfants ou même qu’ils ne consultent la moindre image pédopornographique sur Internet. »

A l’autre bout du fil, les écoutants auront pour mission d’orienter les pédophiles vers des centres de soins adaptés pour qu’ils soient rapidement pris en charge. « Ce sera de ''la haute couture'', prévoit déjà le psychiatre. Par exemple, cela ne sert à rien d’envoyer quelqu’un dans un centre à 30 kilomètres de chez lui, en pleine nuit, s’il n’a pas le permis… »

A l’heure actuelle, seule l’association L’Ange Bleu propose, en France, une ligne d’écoute de ce type. « Je reçois tous les jours quatre à cinq appels de personnes en détresse », confie Latifa Bennari, la présidente de cette structure qui a accepté de participer à la formation des écoutants de la ligne téléphonique qui sera mise en place par la FFCRIAVS.

Une idée qui a ressurgi après le viol et le meurtre d’Angélique

Dans les tuyaux depuis longtemps, l’idée de cette ligne d’écoute a ressurgi en mai après le viol et le meurtre d’Angélique, 13 ans, par un pédophile récidiviste à Wambrechies (Nord). « Angélique, Laëtitia… Je veux mettre fin à cette litanie de prénoms d’enfants », résume Mathieu Lacambre.

Raison pour laquelle le psychiatre a décidé de monter le projet sur les fonds propres de la FFCRIAVS, sans exclure que des financeurs le rejoignent en cours de route. « Si une personne appelle et qu’on évite ne serait-ce qu’un viol, ce sera déjà ça ! », résume-t-il.

Les premiers tests de cette ligne doivent être effectués à partir de mars 2019 pour un lancement officiel prévu en juin.

* Le prénom a été changé

Pédophiles: «La plupart ne savent pas à qui s'adresser»Pédophilie: Prévenir le passage à l'acte