Hauts-de-France: On manque cruellement de services de proximité dans la région

STATISTIQUES Une étude de l’Insee montre que la région Hauts-de-France dispose de la plus faible dotation en point d’accès aux équipements et aux services du quotidien…

Gilles Durand

— 

Les infirmières sont plus nombreuses qu'il y a cinq ans, dansles hauts-de-France.
Les infirmières sont plus nombreuses qu'il y a cinq ans, dansles hauts-de-France. — SIPA

Trouver un médecin, une épicerie, un plombier, voire un terrain de jeux semble plus compliqué dans les Hauts-de-France que dans les autres régions. Une enquête de l'Insee, parue ce mercredi, montre ainsi que les points d’accès aux services du quotidien et aux équipements y sont moins nombreux qu’ailleurs.

Certes, on constate, entre 2012 et 2017, une progression de l’offre de près de 12 %, mais ce rattrapage reste insuffisant pour atteindre la moyenne nationale. D’autant qu’il n’implique pas nécessairement une plus grande diversité de l’offre. Cette diversité est même en baisse dans quelques territoires, notamment en Picardie​.

Le nombre de sages-femmes a doublé

Néanmoins, certains services sont en hausse lors des cinq dernières années : les taxis et de VTC (-53 %) et les plâtriers et peintres (-28 %), en lien avec la montée en puissance du régime de l’auto-entrepreneur.

« Le domaine de la santé connaît des évolutions importantes », note, par ailleurs, l’Insee. Le nombre d’infirmiers, de psychomotriciens ou d’audioprothésistes est en forte progression. L’offre de sages-femmes a quasiment doublé en 5 ans.

Dans les autres domaines, on dénombre plus d’écoles de conduite (+17 %), mais moins de magasins d’électroménagers (-22 %) et de librairies, papeteries, journaux (-13 %).

L’aménagement du territoire reste encore un vaste chantier à entreprendre.