Un «congrès des musulmans de France» aura lieu à la mi-novembre

RELIGION Les grandes fédérations de mosquées veulent permettre aux musulmans d'«organiser le culte musulman par eux-mêmes et pour eux-mêmes»...

20 Minutes avec AFP

— 

Deux musulmans lors de l'inauguration de la mosquée de la porte d'Aix à Marseille (illustration).
Deux musulmans lors de l'inauguration de la mosquée de la porte d'Aix à Marseille (illustration). — Mathilde Ceilles / 20 Minutes

Les grandes fédérations de mosquées, dont celles constituant le Conseil français du culte musulman (CFCM), ont annoncé lundi la tenue à la mi-novembre d’un « congrès des musulmans de France » pour permettre à ces derniers d'« organiser le culte musulman par eux-mêmes et pour eux-mêmes ».

« Tout le monde parle du culte musulman, sans nous écouter, nous, fédérations. Il y a des propositions dans tous les sens. Tout le monde s’occupe de l’organisation du culte, sauf les premiers intéressés », a expliqué à l’AFP Anouar Kbibech, vice-président du CFCM. D’où l’idée de ce « congrès des musulmans de France », qui pourrait se tenir « le 10 ou le 17 novembre » selon lui.

Il s’agit d'« organiser le culte musulman par » et « pour » les musulmans, ont souligné dans un communiqué commun les structures participantes.

« Assises territoriales » pour réformer l’organisation du culte musulman

Parmi ces dernières figurent les composantes du CFCM (la GMP algérienne, le RMF marocain, les CCMTF et Milli Görüs turcs, la FFAIACA africaine, antillaise et comorienne, le mouvement tabligh (piétiste) Foi et Pratique, la grande mosquée de Saint-Denis de La Réunion), le mouvement Musulmans de France (ex-UOIF, issue des Frères musulmans) et les fédérations UMF et FNMF (proches du Maroc).

A l’instigation du ministre de l’Intérieur, des « assises territoriales » destinées à réformer l’organisation du culte musulman (gouvernance, formation des imams, financement des mosquées) ont eu lieu dans les départements jusqu’au 15 septembre. Une compilation nationale de ces travaux doit être remise à Gérard Collomb, et des annonces d’Emmanuel Macron sont attendues d’ici le début 2019.

Début septembre, l’Institut Montaigne, groupe de réflexion libéral, a publié un rapport décrivant « La fabrique de l’islamisme » dans lequel son auteur, Hakim El Karoui propose la création d’une structure chargée d’organiser et financer le culte musulman en France et de lutter davantage contre le discours salafiste sur les réseaux sociaux.

De son côté, l’ancien directeur du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), Marwan Muhammad, promet pour le 30 septembre les résultats d’une « grande consultation » qu’il a menée au printemps sur les attentes des musulmans. En juillet dernier, les grandes fédérations de mosquées ont décidé de mettre en place une Association pour le financement et le soutien au culte musulman.