VIDEO. Affaire Benalla: Mediapart publie un selfie de l'ex-collaborateur de Macron tenant une arme

CLICHE Le site d'information a mis en ligne un selfie pris avec d'autres collaborateurs d'Emmanuel Macron, démontant ainsi une partie de sa défense...

L.Br.

— 

Alexandre Benalla, le 19 septembre 2018 devant la Commission d'enquête du Sénat.
Alexandre Benalla, le 19 septembre 2018 devant la Commission d'enquête du Sénat. — Bertrand GUAY / AFP

Alexandre Benalla aurait-il menti quand il disait qu’il n’avait jamais emporté son arme en dehors du siège de La République en marche (LREM) ? C’est ce que soutient Mediapart en publiant ce lundi soir un selfie de l’ex-collaborateur d’Emmanuel Macron chargé de la sécurité et de l’organisation des déplacements du Président. Sur la photo ? Deux hommes, une serveuse au visage flouté et un Alexandre Benalla brandissant un pistolet et ce, à une période où l’ancien chargé de mission de l’Elysée n’était pas titulaire d’un permis de port d’arme en bonne et due forme.

La photo aurait été prise dans la nuit du 28 au 29 avril 2017, alors qu’Emmanuel Macron était en meeting à Chatellerault, dans la Vienne. Un soir, les membres du service d’ordre accompagnent celui qui n’était pas encore chef de l’Etat dans un restaurant de la ville. La serveuse qui s’occupait de leur table leur demande un selfie, ce qu’ils acceptent. Après la photo, Alexandre Benalla promet une « surprise » à la jeune femme : c’est une arme pointée vers sa tête, un Glock, selon Mediapart.

Deux autorisations de port d’arme

Dans une interview au Monde publiée le 25 juillet, l’ex-collaborateur de Macron avait pourtant juré qu’il n’avait jamais porté d’arme pendant la campagne : « Non, jamais. On n’est pas mabouls, il y a un risque pour la réputation du candidat… », avait-il déclaré.

La préfecture de police avait accordé un port d’arme à Alexandre Benalla : « un Glock 17 de mémoire, mais dans le QG d’En Marche ! uniquement », avait confirmé pendant l’été l’ancien collaborateur du Président. Une autre autorisation concernant une arme personnelle lui a été donnée en octobre 2017, autorisation retirée lorsqu’il a été limogé par l’Elysée. Deux permissions de porter une arme qui lui ont été accordées bien après la photo publiée ce lundi par Mediapart.

« On continue à chercher des éléments pour nuire à Monsieur Benalla. Lâchez-le ! »

Interrogé lundi soir par l’AFP, l’avocat d’Alexandre Benalla, Me Laurent-Franck Liénard, a minimisé les révélations de Mediapart. « Je m’étonne, alors qu’il y a des choses sérieuses à traiter dans ce dossier, qu’on continue à chercher des éléments tous azimuts pour nuire à la réputation de Monsieur Benalla. Lâchez-le ! », a déclaré l’avocat, qui souhaite se concentrer sur l’audition de son client prévue vendredi chez les juges d’instruction parisiens.

Si le parquet de Poitiers, compétent territorialement, décidait d’enquêter sur les faits exposés par Mediapart, il devrait notamment déterminer s’il s’agit bien de l’arme d’Alexandre Benalla et s’il disposait des autorisations requises. A moins que les faits ne soient joints à l’instruction en cours à Paris.